Les deux frères Vanabelle sont indissociables du site.

Arthur, l’artiste, a toujours été soutenu par son frère qui veillait sur lui en particulier quand Arthur montait sur le toit grâce à plusieurs échelles. D’après César, il aurait commencé à dessiner des avions et à réaliser des maquettes avant de les installer sur les toits de la ferme après la construction de l’autoroute A25 Lille-Dunkerque ouverte en 1963. Même si toutes les œuvres font référence à des engins de guerre (char, avions, soldats) aucun des deux frères n’est parti à l’armée ni au combat…

Arthur aurait sans doute aimé faire partie de l’aviation. Il vouait à l’armée et l’aviation une passion extraordinaire. Mais il s’agit plus là de l’expression de son admiration pour le symbole de fierté nationale que représente l’armée que d’une apologie des combats.

Les armes, engins et avions militaires, canons, fusées et soldats sont réalisés avec des matériaux (bois, métal, fils de fer, ciment moulé, peinture) et surtout des objets récupérés comme des bidons d’huile de tracteur, des restes de machine à laver, de vieux ustensiles de cuisine, des tuyaux, des seaux ou bien encore des plaques d’immatriculation, des feux de voitures ou des enjoliveurs ramassés aux abords de l’autoroute A25 très proche.

On trouvait 14 avions sur les toits des bâtiments de la ferme, une dizaine de canons dont sept situés à l’extérieur de l’enceinte de la ferme, trois ou quatre fusées et un char d’assaut.

Photographies d’une visite de la maison aux avions

Sans parler d’opération urbex, nous nous étions déplacés pour visiter cet endroit quelque peu insolite. Les lieux étaient à l’abandon, les girouettes et autres objets détériorés par le temps. Nous sommes en octobre 2014, le propriétaire et créateur de la ferme aux avions venait de nous quitter.
Nul besoin de pousser les portes, une ouverture dans la haie semblait nous souhaiter la bienvenue.
Quelques pas encore et nous voici dans la cour de la ferme. Sans rien toucher, sans chercher à entrer dans le bâtiment, nous découvrons avec étonnement et admiration ces objets de guerre construits de bric et de broc.

Panneau de l'entrée de la ville de Steenwerck
Panneau de l’entrée de la ville de Steenwerck, 2014
La base de Menegatte, Steenwerck
La base de Menegatte (La Ferme aux avions), Steenwerck - 2014
Avion A2 sur le toit de la ferme - Steenwerck|
Avion A2 sur le toit de la ferme - Steenwerck|
Un avion à réaction - Steenwerck
Un avion à réaction - Steenwerck
Avion A2  - Steenwerck
Avion A2 vu sous un autre angle - Steenwerck, 2014
Le char à l'entrée - Steenwerck
Un char réalisé de bric et de broc, surveille l’entrée à la place de l’ancien fumier de la cour, 2014
Fusée ou missile V1 - Steenwerck
Fusée ou missile V1 - Steenwerck, 2014
Défense antiaérienne et radar -Steenwerck
Défense antiaérienne et radar -Steenwerck, 2014
Général de Gaule ? - Steenwerck
Général de Gaule ? - Steenwerck
La Ferme aux avions - Steenwerck
La Ferme aux avions - Steenwerck,2014

Youtube - La ferme aux avions dans Incroyable mais vrai

Regarder la vidéo sur Youtube

- France 3 Hauts-de-France

Il faut sauver la ferme aux avions

En septembre 2014, Arthur Vanabelle, le créateur de la Ferme aux avions décédait à l’âge de 94 ans, laissant ses nombreuses œuvres orphelines. Elles ne tomberont toutefois pas dans l’oubli. Le nouveau propriétaire de la Ferme et le musée de la Vie rurale, en partenariat avec la commune, prennent soin de ce bel héritage.

Regarder la vidéo sur Youtube
reportage de janvier 2014France 3 Hauts-de-France

Des œuvres de la célèbre ferme aux avions bientôt exposées à Steenwerck

Depuis la Ferme aux avions de Steenwerck, qu’on aperçoit toujours depuis l’autoroute, s’est allégée d’une partie de ses œuvres. En effet, une quinzaine d’entre elles ont trouvé le chemin du musée de Steenwerck où Bernard Vanlaten, bénévole, a entamé un gros travail de restauration.

Elles seront bien exposées au musée de la Vie rurale. Mais pas avant deux ans, en 2023.

Regarder la vidéo sur Youtube
C’est une maison emblématique du Nord : la ferme aux avions, à Steenwerck, dans les Flandres. L’agriculteur, propriétaire des lieux, Arthur Vanabelle, décédé en 2014, avait créé des sculptures plus folles les unes que les autres. Une quinzaine de ces œuvres d’art brut vont être exposées.
- France Bleu
Une maquette de la fameuse ferme aux avions est exposée en permanence au LaM, le musée d’art moderne de Villeneuve-d’Ascq. C’est en 2010, à la demande du LaM, que la maquette fut conçue par un cabinet d’architecte de Mons-en-Baroeul (cabinet d’architectes Navarro – Levieuge). La ferme est reproduite à l’échelle avec les avions et canons « faits maison ».

Références


Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le partager pour informer vos proches.