Ce petit scombridé est certes très courant, il n’en demeure pas moins une véritable merveille de la nature. Comme toutes les espèces de sa famille, ses adaptations à la nage sont exceptionnelles. Ainsi contrairement à ce que l’on pourrait penser un maquereau de 1 kg se défend mieux qu’un bar de 2 à 3 kg. Si le maquereau est souvent connu pour les paniers énormes réalisés en traîne ou à la dandine avec un train de plumes, le pêcheur sportif sera beaucoup plus intéressé par une recherche sélective des gros spécimens que l’on capture un par un et non par groupe de six au bout d’une mitraillette.

Maquereaux sur étal
Maquereaux sur étal

Le jigging

Le jigging est la meilleure technique pour capturer un gros maquereau. On peut considérer qu’un maquereau est de bonne taille au-delà de la livre, qu’au-delà de 700-800 g c’est un très beau spécimen et que c’est un maquereau magnifique au-delà du kilo.
cuillers jig
cuillers jig

L’action de pêche

Il faut admettre que la pêche en bateau est avantagée par rapport au pêcheur du bord dans la recherche des gros spécimens. La plupart du temps, c’est autour des plateaux rocheux du large, à plusieurs milles des côtes que l’on prend les plus gros maquereaux.

Le sondeur est très utile pour cette pêche car il permet de localiser les fonds rocheux mais aussi le niveau des maquereaux. En effet, pêcher le maquereau au jig, ce n’est pas dandiner inlassablement au-dessus du fond. Lorsque l’on pêche au jig, l’intérêt est de pouvoir prospecter l’intégralité de la colonne d’eau de façon assez rapide, depuis 35 m de fond jusqu’à la surface. On peut ainsi trouver la bonne profondeur de dandine, celle du banc de maquereaux qui peut être n’importe où. Avec un bon sondeur on peut immédiatement localiser la profondeur appropriée lorsque le banc passe sous le bateau.

Si vous n’avez pas de sondeur, il reste possible de localiser les basses du large aux amers. Il faut ensuite laissez tomber le jig jusqu’au fond et le ramener par saccades jusqu’à la surface. A un moment, le chemin du leurre croisera celui des maquereaux. Une fois la bonne profondeur trouvée, le pêcheur devra dandiner dans la même zone et effectuer le plus de prises possibles avant que le banc ne s’éloigne.

Le combat avec un maquereau dépassant 1 kg est très amusant car l’animal fait de nombreux rushes, des déplacements en diagonales très appuyés et des départs en tous sens près du bateau. Le maquereau mérite mieux que la réputation qui lui est faite. C’est certes un poisson assez facile à prendre mais la recherche des gros spécimens mérite sans aucun doute le titre de pêche sportive.

Vous aimerez également


Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le partager pour informer vos proches.