La plage du Clipon, c'est fini - Le terminal méthanier à Dunkerque

La plage du Clipon, c’est fini - juin 2011

Cette fois, c’est parti. Hier matin, les travaux préparatoires programmés liés à la construction du futur terminal méthanier ont démarré du côté de l’écluse des Dunes. Réalisés par le port de Dunkerque, Dunkerque LNG (1) et GRT Gaz, ils visent à réaliser les aménagements routiers qui amélioreront l’accès à la zone du Clipon.

Rénovation d’une portion de route de 3,5 km, réalisation d’un poste de contrôle d’accès au Clipon, création de deux giratoires, doublement du pont de l’écluse des Dunes : voilà la liste des travaux préparatoires programmés jusqu’en décembre, dans la cadre de la construction du terminal méthanier d’EDF.

VoixEco, 2011
La Voix Eco, 2011

Prévue jusqu’au 13 juillet, la première tranche débutée hier concerne la rénovation, sur 3,5 km, de la route allant de l’écluse des Dunes jusqu’au futur terminal méthanier. Pendant cette période, les automobilistes arrivant donc par la route de Mardyck (en longeant Total et Polimeri Europa) ne pourront plus, une fois arrivés à l’écluse, tourner à gauche vers le Clipon, mais pourront en revanche continuer à prendre à droite vers la digue du Braek.

Six cents poids- lourds par jour !

En outre, afin de séparer les futurs flux de circulation entre les camions attendus sur le chantier et les automobilistes se rendant vers la digue du Braek, le pont de l’écluse des Dunes sera doublé et deux giratoires seront aménagés de part et d’autre de l’ouvrage. Pour s’assurer que ces flux seront bien respectés, un poste de garde sera construit et mis en service dès septembre (une clôture provisoire a été installée en attendant sa réalisation).

Rôle de ce poste : réguler 24 h sur 24 et 365 jours sur 365 l’accès au Clipon pendant les quatre années du chantier de construction du terminal méthanier. Au pic des travaux, attendus entre mi-2012 et fin-2012, ce sont en effet six cents poids-lourds et 1 600 personnes qui se rendront chaque jour sur le site du futur terminal méthanier, justifie Stéphane Boyaval, responsable des travaux au département Grands Projets (GP) du Grand Port Maritime de Dunkerque (GPMD).

Autres travaux programmés d’ici la fin de l’année : le débrousaillage, dès septembre et pour une durée d’un mois, de la zone du Clipon pour la transformer en plateforme de sable. Nous procéderons, toujours à partir de septembre, à des opérations de dépollutions pyrotechniques.

L’objectif est de déceler la présence ou non d’éventuels munitions datant de la guerre et de procéder à leur enlèvement », indique Stéphane Boyaval.

La suite ? Une fois ces travaux d’aménagements effectués, les phases les plus spectaculaires du chantier débuteront en 2012, avec notamment le dragage des vases et le retrait de quelque quatre millions de m³ de sable sur la plage du Clipon (lire ci-dessous).

(1) Dunkerque LNG est une filiale à 100 % d’EDF qui gère le dossier de construction du terminal méthanier.

PAR OLIVIER DUFOURG
Un article paru dans la Voix Eco concrétise le début des travaux préparatoires liés au nouveau terminal méthanier. VDN le mardi 07 juin 2011


Sauvons le Clipon, la lutte continue... Décembre 2008

Depuis le projet de terminal méthanier des deux maîtres d’ouvrage que sont le PAD et EDF, l’avenir du Clipon est devenu une réelle préoccupation. Pas seulement parce que ce site, à la fois naturel et bien fréquenté, est menacé de disparition mais aussi en raison des choix de société qui amèneraient cette disparition.

Relais de courriel

Sauvons le Clipon, la lutte continue

Chers Amis,

Vous avez récemment participé à la pétition en ligne contre le projet de terminal méthanier qui mettra à mal la zone naturelle du Clipon et nous vous en remercions.

A ce titre nous tenions à vous informer de la suite des événements concernant ce dossier mais aussi vous rassurer, car, en effet, le débat public est terminé, cependant « l’enquête publique » n’a pas encore débuté et commencera au printemps 2009.

L’enquête publique est une procédure ouverte à tous et sans aucune restriction qui permet au public d’être informé et d’exprimer ses appréciations, suggestions et contre propositions sur un registre d’enquête, préalablement à des opérations d’aménagement. A l’issue de la procédure d’enquête publique, le commissaire-enquêteur rédige un rapport d’enquête, formule un avis favorable ou défavorable et le transmet au Préfet. Si l’avis est favorable, le Préfet délivre la déclaration d’utilité publique du projet.

Vous l’aurez donc compris, même si la campagne médiatique a été finement menée par les promoteurs et les décideurs locaux pour faire passer le projet comme « validé » aux yeux de la population, il n’en est rien.

Le combat continue donc et n’a jamais été autant d’actualité. Dans ce contexte, les associations de défense du Verdon, du Havre et de Dunkerque, ont tenu à informer des conséquences de ces projets au niveau national.

C’est ainsi qu’elles ont fait appel à d’autres amoureux du littoral pour porter haut et fort cette incitation à la protection de notre environnement côtier en contactant nos amis de Thalassa, sur France 3, qui vont dédier un thème complet sur les problèmes soulevés par ces projets dans le cadre de leur série d’émissions intitulées « les Sentinelles du Littoral ».

Vous aurez l’occasion, en visitant leur site, de visionner www.thalassa.france3.fr/sentinelles-du-littoral ui expose les problèmes spécifiques du projet Dunkerquois.

Aussi, si vous souhaitez peser dans la prise en compte de ce sujet, prenez quelques secondes de votre temps pour vous inscrire sur le forum des "Sentinelles" et livrer votre ressenti en quelques mots sur le sujet : Terminal Methanier de Dunkerque : L’ultime atteinte au Littoral. D’avance merci pour votre précieuse participation qui nous permettra de prouver que la résignation n’est pas de mise.

Le Collectif Sauvons le Clipon

  • ADELFA : 106, avenue du Casino - 59941 Dunkerque Cedex 2
  • Les Amis de la Terre - Antenne Dunkerque :106, avenue du Casino - 59941 Dunkerque Cedex 2
  • Opalesurfcasting
  • Surfrider Foundation Europe :120 avenue de Verdun - 64200 Biarritz
  • Groupe Ornithologique et Naturaliste du Nord-Pas de Calais : 23, rue Gosselet - 59000 Lille
  • les Verts Nord littoral
  • A.P.P.E. : Association pour la Protection du Patrimoine et de l’Environnement : Mairie - Rue Jean Deconinck - 59430 Fort-Mardyck
  • Waves 59
  • Consommation Logement et Cadre de Vie : Espace associatif "René Cassin" - 18 rue Clémenceau, 1er étage - 59760 Grande-Synthe
  • ATTAC Littoral Nord : Maison des associations - 26 avenue de l’ancien village - 59760 Grande-Synthe

Enterrement de la plage du Clipon - Samedi 17 mai 2008

Terminal méthanier - Les "puissants" avaient pris leur décision il y a déjà bien longtemps. Le débat public ne nous a apporté qu’un répit de quelques mois juste le temps nécessaire pour comprendre que de toute manière le "projet Méthanier" se réaliserait. 

Billet-relais www.opalesurfcasting.net

Rendez vous pour le cortège funéraire à 14h30, plage du clipon, Loon-Plage/Dunkerque. Départ du cortège vers 15h00 dans le recueillement et la compassion.
Tenue de pêcheur et brassard noir souhaités.
Enterrement de la plage du Clipon, 2008
Enterrement de la plage du Clipon, 2008

 


Ducasse Publique maritime Sauvons le Clipon - Projet de terminal méthanier à Dunkerque - samedi 17 mai 2008

Le collectif « Sauvons le Clipon » regroupe l’ADELFA, les Amis de la Terre , l’APPE de Fort-Mardyck, l’association des pêcheurs du Littoral dunkerquois - section Loisirs, Consommation Logement cadre de vie (CLCV) de Grande-Synthe, le groupe ornithologique et Naturaliste du Nord-Pas-de-Calais, Surfrider Foundation Europe, Waves 59, le Mouvement National de lutte pour l’environnement et les Verts de la région dunkerquoise.

Ces festivités s’inscrivent dans la suite des réunions tenues à l’automne dernier dans le cadre de la commission particulière du débat public sur le projet de terminal méthanier à Dunkerque au cours desquelles chaque membre du collectif « Sauvons le Clipon » a écrit sa position dans un cahier d’acteurs.

Les maîtres d’ouvrage de ce projet - EDF et le port autonome de Dunkerque - indiqueront prochainement s’ils veulent construire un nouveau site Seveso. Pour cette raison, le collectif organise la « ducasse publique maritime » centrée sur les conséquences environnementales et les risques liés à l’installation d’un terminal méthanier sur le site du Clipon.

Le rendez-vous du début des festivités est fixé samedi prochain à compter de 15 h à l’écluse des dunes située à l’extrémité ouest de la digue du Break à proximité immédiate de la commune de Mardyck. Pour y arriver, le co-voiturage est recommandé.

ducasse publique, 2008
ducasse publique, 2008

Terminal méthanier : dernière réunion publique jeudi prochain au Kursaal - Novembre 2007

Article de la Voix du Nord paru le jeudi 29 Novembre 2007 - Edition Dunkerque page 7

Les débats ont été riches. Du 5 octobre au 16 novembre, huit réunions publiques ont été organisées dans le cadre du projet de terminal méthanier. Bilan des échanges avant la réunion de clôture, qui se tiendra jeudi prochain, de 18h30 à 21h, au Kursaal.

Quel implantation pour le terminal méthanier ? Seulement 50 emplois directs justifient-ils un quatorzième site Seveso ? Quel avenir pour les promeneurs ou les kite-surfers qui fréquentent assidûment la digue du Braek ? Autant de questions, parmi tant d’autres, qui résument les préoccupations des participants aux huit réunions publiques [1]. Une grande question a émergé de ce débat : le Clipon ou les Huttes ? Il y a les pour les Huttes, les contre les Huttes; les pour le Clipon, les contre le Clipon, résume Claude Hanoteau, membre de la commission particulière du débat public. En tout cas, ce que les gens veulent comprendre, c’est sur quelles raisons bien claires, bien définies, on fera ce choix(...). J’ai retenu avec beaucoup d’intérêt que, dans le fond, il n’y a pas d’opposition de principe à une nouvelle aventure industrielle dans le Dunkerquois. On est dans un pays d’aventure industrielle.

Thèmes. - L’emploi, soit 50 directs en phase d’exploitation du terminal et 1 200 en phase de chantier (trois ans). On est convaincu que le tissu économique dunkerquois est bien placé pour postuler sur nombre de ces emplois, assure Fabrice Fourcade, directeur du projet pour EDF. En plus des cinquante emplois directs, une centaine d’indirects concerneront pas mal d’activités de maintenance. Sur ce point, Dunkerque est bien placé car le tissu économique est très fort.

and on entend 50 ou 150 emplois, il ne faut surtout pas dire que ce n’est pas beaucoup. Un emploi, c’est important. 150, c’est 150 familles nourries. Un emploi à Dunkerque, on veut le prendre, estime Franck Gonsse, président de la chambre syndicale des ouvriers portuaires mensuels et intermittents (CSOPMI).

Autre question posée : le projet peut-il ne pas avoir lieu ? La règle du jeu c’est que, soit il y aura zéro, soit un, deux ou trois sites, répond Pierre-Frédéric Ténière-Buchot, président de la commission particulière du débat public (CPDP). Si les études, les estimations, les évaluations montrent que finalement c’est dangereux, l’administration réagira et ne donnera pas l’autorisation.

Quid du lieu d’implantation ? Deux sites sont envisagés : le Clipon à Loon-Plage (le plus probable) et les Huttes à Gravelines. L’ADELFA, elle, avance une troisième possibilité : une implantation offshore (lire ci-dessous).

Loisirs. - Une installation au Clipon supprimerait des espaces de loisirs (promenade, pratique du kite-surf, etc...). Ce n’est pas l’ensemble de la plage qui serait touché mais une petite partie. En clair, il resterait 2,4km de plage qui ne seraient absolument pas impactés par le projet, assure Fabrice Fourcade. Réponse d’un riverain : oui, mais vous prenez la plus belle partie...

Quid d’une implantation offshore ?

La proposition émane de l’ADELFA : On parle d’une implantation du terminal méthanier aux Huttes ou au Clipon. A-t-on envisagé la solution offshore ?, questionne Jean Sename, le président de l’association.

Réponse d’EDF : La solution n’est pas envisageable ...

Il y a à peu près un an, nous avons fait réaliser une étude sur le sujet par la société Bearing Point (cliente d’EDF, NDLR), souligne Fabrice Fourcade, directeur du projet de terminal méthanier.

Résultat ? Cette possibilité d’une implantation offshore n’est pas viable pour les raisons suivantes : la rentabilité, d’abord : la difficulté technique liée aux conditions météo, sans parler des conditions de marée, ensuite.

Aujourd’hui, enchaîne-t-on à Bearing Point, d’après les informations dont on dispose sur la houle et l’état de la mer, en particulier durant les mois d’hiver, nous considérons que la plate-forme ne pourrait pas intervenir et opérer durant 25% du temps pendant les mois d’hiver, qui sont les mois où la demande est la plus forte, et donc, l’utilisation du terminal la plus critique. Pour nous, ce point condamne la solution parce qu’elle ne répond pas aux besoins. Une analyse qui ne satisfait guère l’ADELFA, qui aurait notamment souhaité que l’étude d’une implantation offshore soit menée par un organisme neutre, ’’et donc qui ne soit pas client d’EDF’...

La dernière réunion publique est programmée jeudi, de 18h30 à 21h00, au Kursaal à Dunkerque. Objectif : présenter une première synthèse de ce que la commission particulière de débat public soumettra à la commission nationale de débat public.

Par Olivier DUFOURG (dunkerque@lavoixdunord.fr)

Note

[1] Les participants: parmi les plus assidus figuraient l’ADELFA, le mouvement national de lutte pour l’environnement, le groupe ornithologique et naturaliste du Nord - Pas-de-Calais, la ligue pour la protection des oiseaux, des associations de chasse et de pêche.


Pétition contre la création d’un terminal méthanier à Dunkerque - Novembre 2007

Un relayage pour dire NON aux mauvaises idées.

Auteur :

  • A.D.E.L.F.A. : 106, avenue du Casino - 59941 Dunkerque Cedex 2
  • Les Amis de la Terre - Antenne Dunkerque :106, avenue du Casino - 59941 Dunkerque Cedex 2
  • Opalesurfcasting : www.opalesurfcasting.net
  • Surfrider Foundation Europe :120 avenue de Verdun - 64200 Biarritz
  • Groupe Ornithologique et Naturaliste du Nord-Pas de Calais : 23, rue Gosselet - 59000 Lille
  • A.P.P.E. : Association pour la Protection du Patrimoine et de l’Environnement : Mairie - Rue Jean Deconinck - 59430 Fort-Mardyck
  • Consommation Logement et Cadre de Vie : Espace associatif "René Cassin" - 18 rue Clémenceau, 1er étage - 59760 Grande-Synthe

A l’attention de :

  • Préfet du Nord - Ministres de l’Industrie et de l’Ecologie - Conseil d’administration du PAD’’

Recommandé par des Influenceurs

Les habitants de Dunkerque et des environs, des usagers de la digue du Break et de la plage du Clipon regroupés en associations ou non, alertent sur les dangers qu’amènerait l’implantation d’un terminal méthanier dans une zone industrialo-portuaire déjà fortement classée à risques avec 13 sites SEVESO seuil haut.

Ce projet est une erreur à plusieurs niveaux :

  • Risques industriels élevés par la proximité des installations voisines.
  • Destruction d’une des dernières zones naturelles du secteur, ayant valeur de patrimoine pour les habitants des communes limitrophes mais aussi pour des usagers venant de beaucoup plus loin : promeneurs, pêcheurs, planchistes, kitesurfeurs, ornithologues...
  • Atteinte à la biodiversité : zone d’hébergement d’espèces végétales et animales protégées, couloir de migration d’oiseaux unique au monde, milieu marin fragile.
  • Risque de fermeture de plages voisines par la modification des caractéristiques microbiologiques des eaux de baignade.
  • Poursuite d’une politique énergétique sans limites ne répondant ni à des besoins réels à l’échelle du pays, ni à la nécessité de réduire les émissions de gaz à effets de serre.

Etant donné les impératifs et les défis que nous sommes contraints de relever, de préservation de l’environnement, de la biodiversité, et de cohérence avec l’impératif de diminution des émissions de CO2, il est capital de stopper ce projet.

www.mesopinions.com/Non-a-la-creation-d-un-terminal-methanier-a-Dunkerque-petition-petitions-c324fd07c429935b2bc1bfe0a20e7dd8.html"


Fermeture programmée du Clipon - juin- septembre 2007 

Depuis quelques mois un rail est posé à l’entrée de la jetée laissant présager le pire : une fermeture programmée du Clipon.
Un billet que je gardais au chaud depuis plusieurs semaines...

Juin 2007

L’installation d’une grille métallique met fin à des mois de sous-entendus. Cette barrière, montée directement sur le rail c’est à dire là où commence le mur côté bassin, met définitivement fin à l’accès des voitures.

Pour beaucoup, la pêche au Clipon ne se limite pas à un barbecue et quelques canettes de bière entre copains, mais à l’assaut du mur et des blocs de bétons donnant sur l’avant-port à l’aide d’échelles et de planches « ponton ». Un site de pêche qui a sans doute son charme mais qui est une zone potentiellement dangereuse (risque de chutes).

Cerise sur le gâteau, un barbelé empêche tout individu de « passer » sur les côtés, seule une petite porte subsiste. Il semblerait que celle-ci soit actuellement ouverte. Je ne pêche plus au Clipon depuis bien des années (me passionnant strictement au surfcasting et à la pêche en étang) et ne peut prétendre que cette porte n’est jamais fermée. Mes deux excursions de cet été me le font penser (fin juillet et début septembre).

Information non confirmée : un accès piéton pourrait être maintenu sur certaines plages horaires à la demande des élus locaux et des associations.

Septembre 2007

Pour achever le tout, une signalisation à dominante rouge a été fixée à la grille. Rien de bon que tout cela.

Et demain ?

L’application des règlementations mondiales liées à la sécurité maritime « sonne » comme un passeport aux activités commerciales : port non certifié = pas de navires, pas d’activités.

Déjà aujourd’hui une grande partie du port répond aux dispositions de la convention internationale pour la sauvegarde de la vie humaine en mer (SOLAS) et le code international pour la sûreté des navires et des installations portuaires(ISPS). L’implantation d’un terminal gazier sur le site du Clipon devrait voir encore augmenter les restrictions d’accès.

L’avenir est tracé, de toute logique et à terme, le port industriel devrait interdire l’approche au bord de mer sur une bonne partie de Flandre Côte d’Opale. 

Par Chtipecheur, 2017

La jetée du Clipon à la fin, 2007
La jetée du Clipon à la fin, 2007

Terminal méthanier: "Nous pensons que le coup est jouable" - Mars 2007

Un nouvel épisode du futur terminal méthanier au Clipon - Faut-il installer une énième industrie Seveso sur le Dunkerquois ? Dernier projet en date: celui d’un terminal méthanier envisagé à Loon-Plage à l’horizon 2012, qui a été présenté vendredi après- midi à Dunkerque par Dominique Venet, directeur gaz à EDF, dans le cadre d’une réunion du S3PI (secrétariat permanent pour la prévention des pollutions industrielles.

Article paru dans le Voix du Nord le mardi 20 mars 2007 PAR OLIVIER DUFOURG 

Lorsque de nouvelles implantations voudront venir s’installer ici, nous resterons vigilants et veillerons à ce qu’elles respectent le cadre de vie, l’environnement et la sécurité de la population», a insisté Roméo Ragazzo, maire de Fort-Mardyck et président du S3PI. reprenant des propos tenus récemment par Michel Delebarre. Dans ce contexte, transparence, concertation et confiance sont les trois mots qui résument le débat initié par le S3PI dans le cadre du projet de terminal méthanier (celui-ci sera soumis début avril à la commission nationale du débat public, conformément à la loi sur la démocratie de proximité de février 2002).

Vendredi, face aux nombreuses interrogations des associations de défense de l’environnement, des élus et des industriels présents, Dominique Venet s’est voulu très rassurant. L’un des gros atouts du projet concerne ses retombées économiques. «Environ 70 emplois directs vont être créés et jusqu’à 2 000 au pic des travaux, qui vont durer trois ans », a expliqué le directeur gaz chez EDF. « Ces emplois seront-ils générés localement? », a questionné un membre de l’assistance. « Nous essaierons d’adopter la même méthode qu’avec Alcan. Certes, la procédure d’appels d’offres est obligatoire, mais nous ferons notre maximum pour récupérer le plus d’emplois possibles pour les habitants du Dunkerquois, je m’y engage», a répondu Jo Dairin, président honoraire du port autonome de Dunkerque (PAD).

Environnement

Photo la Voix du Nord
Ce genre de site ne produit pas de déchets, peu de nuisances sonores et aucune pollution de l’eau".

Quid de l’impact sur l’environnement? « Ce genre de site ne produit pas de déchets, peu de nuisances sonore et aucune pollution de l’eau», a assuré Dominique Venet, ajoutant que le terminal disposerait d’une torchère, « un dispositif de sécurité qui permet d’évacuer et de brûler les évaporations de gaz si nécessaire ». « Même si le projet représente beaucoup d’intérêt sur le plan économique, a enchaîné le sous-préfet de Dunkerque, Jean-Régis Borius, son impact sur l’environnement sera déterminant et la question devra être étudiée de manière très approfondie. »

Reste la proximité d’autres industries sensibles. Localisé à l’extrémité du port ouest, sur le site du Clipon, le terminal méthanier, qui assurera l’alimentation en GNL (gaz naturel liquéfié) de la France, de l’Allemagne, de l’Angleterre et du Bénélux, serait implanté à 1 000 m du terminal ferry et à 3 500 m minimum des autres installations industrielles. Côté villes, Mardyck se trouverait à 3 km et Loon-Plage, à 3,7 km.

En cas de fuite de gaz ? « D’abord, aucune fuite résultant d’une collision ou d’un échouement de méthanier n’a été constatée en plus de 40 000 transports, répond Dominique Venet. Par ailleurs, les méthaniers disposent de coques renforcées pour éviter d’être endommagés et des réservoirs à paroi double qui offrent plus de barrières à l’’échappement du GNL. »

Autre dispositif de sécurité: en cas de mouvement intempestif du bateau, un mécanisme limite la fuite de GNL dans l’eau à 10 litres. « Si une fuite se produit au sol, le GNL forme une flaque et s’évapore rapidement », ajoute le directeur gaz chez EDF. « Et que peut-on craindre en cas d’attaque terroriste? ", a interrogé un autre membre de l’assistance. Réponse de Dominique Venet : « Les installations sont très robustes. Avec la quantité de béton utilisée pour les cuves, ça ressemble furieusement à un réacteur de centrale nucléaire! »

Dans ces -conditions, le projet de terminal méthanier a-t-il toutes les chances d’aboutir? « Aujourd’hui, nous en parlons en amont, mais rien n’est fait. De nombreuses études seront menées, mais nous pensons que le coup est jouable ", conclut Dominique Venet.


Economie : un terminal gazier au Clipon - Octobre 2006

Article de la Voix du Nord des 29 et 30 Octobre 2006: Loin de la pêche et pourtant si proche: un terminal gazier au Clipon.

EDF débute ses deux années d’études avant la possible construction d’un terminal gazier au port ouest. Étienne Corteel, le délégué régional d’EDF, et les autres responsables du dossier, précisent les contours du projet et s’engagent à faire des points réguliers sur son avancement. par Marc Grosclaude

Economie

EDF certain de mener à bien son projet de terminal gazier

Photo La Voix du Nord, 2006
Photo La Voix du Nord, 2006

Pourquoi du gaz liquéfié?

« Le gaz venant par pipeline depuis la mer du Nord est en déclin » , rappelle Dominique Venet, directeur gaz chez EDF. Il faut aller le chercher au Moyen Orient, au Nigeria, au Venezuela. Dès que la distance dépasse 1 000 km pour les pipelines sous-marins et 4 000 à 1 terre, il est plus intéressant de passer par bateau. Cela permet aussi de s’affranchir des problèmes entre les pays, comme la Russie avec l’Ukraine

Quel trajet jusqu’à Dunkerque?

Issu des gisements à terre ou de plateformes, le gaz doit être séparé de « condensats », des essences très légères. Débarrassé des hydrocarbures lourds qu’il renferme. « ce gaz est liquéfié à -160° avant son transport dans des méthaniers qui sont des sortes de thermos ». Ces navires fonctionnent grâce au gaz qui s’évapore de la cargaison.

A quoi ressemblera le terminal?

EDF projette de bâtir son usine sur une surface de 40hectares, située entre le bord du canal de Dunes et l’anse du Clipon; « Il y aura deux réservoirs, puis trois. Le débit annuel sera de 6 milliards de mètres cubes par an pour passer ensuite à 12 milliards. L’usine comportera une installation de revaporisation: elle utilisera l’eau de mer pour permettre au gaz de remonter en température et de reprendre sa forme gazeuse. Le chantier durera trois ans et em ploiera jusqu’à 1 000 personnes. Le terminal aura entre 70 et 80 salariés. »

Quels risques ?

« Près de la centrale nucléaire, il y a des cuves de pétrole. Entre les deux, il y a de grandes buttes de sable », rappelle Étienne Corteel. Une piste à envisager pour un terminal qui, selon EDF, ne présente pas de danger particulier. « En cas de fuite, le méthane, qui est plus léger que l’air, se dissipe rapidement. C’est moins dangereux que le butane ou le propane: des gaz de pétrole produits à la raffinerie. En cas de problème, il y aura une torchère ou un évent. Par ailleurs, il n’y a ja mais eu d’accident majeur impliquant des méthaniers. »

Le projet peut-il échouer ?

« On n’est jamais sûr de rien mais on s’engage pour le mener à bien. Avant que le port ne lance son appel à projet, nous avions fait des études pour trouver un site et Dunkerque était le premier de la liste », insiste le délégué régional d’EDF. Malgré tout, peut-il échouer ? « EDF a ce qu’il faut au niveau technique et financier. Les projets qui existent dans d’autres ports n’ont ni la surface financière, ni le marché. »

Que fera EDF de tout ce gaz ?

« Alimenter ses clients dans les meilleures conditions de sécurité et de prix, et pas seulement sur le marché français», note Étienne Corteel. Le Benelux, la Grande-Bretagne (via le pipeline Interconnector) et l’Allemagne seraient aussi desservis depuis Dunkerque.

L’avenir?

Les centrales nucléaires vieillissent et « EDF cherche à étoffer son parc de production ». Justement, l’électricien a un bel espace disponible derrière la centrale de Gravelines. Y construire une centrale au gaz ravirait au moins ceux qui ne veulent pas y voir un nouveau réacteur EPR 1.

 

Ajouter un commentaire




Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.