Aller au contenu
Accueil - Pêche en étang - Poissons d'eau douce - La Lote

La Lote

La lote est une espèce de poisson de rivières et de lacs de la famille (selon les classifications) des lotidés ou des gadidés. 

Lota lota (Linné, 1758)
Autres noms : Lotte (orthographe), Lote de rivière en France, Loche (au Canada)

Description

Le corps est allongé, le dos est brun-jaune ou vert avec des marbrures sombres, les flancs sont plus clairs, le ventre est blanc.
Il y a deux nageoires dorsales : la première plus courte comporte 9 à 16 rayons, la seconde 65 à 78.

Les pelviennes sont implantées au niveau de la gorge, la nageoire caudale est arrondie.

Le menton porte un long barbillon et les narines présentent deux orifices assez éloignés, le premier est bordé par un repli membraneux qui se prolonge vers l’arrière en un petit appendice. La ligne latérale est incomplète.
Taille : de 30 à 120 cm.

Lote
Lote

Biologie

Elle fréquente les eaux saumâtres, les lagunes, les cours d’eau clairs et frais et les lacs.
La lote, seul gadidé dulçaquicole, est d’activité crépusculaire et nocturne.

La reproduction a lieu de décembre à mars sur les pierres et les graviers lorsque la température varie de 5 à 10°C. L’incubation dure 40 à 50 jours, les œufs (1 000 000 par kilo de femelle) au vitellus important flottent librement dans l’eau. Les larves sont d’abord pélagiques avant de descendre sur le fond.
Les adultes sont carnassiers, les larves se nourrissent d’invertébrés benthiques.

Origine et distribution

Elle est autochtone dans les bassins de la Seine, de la Loire, du Rhône, dans les lacs des Vosges (Gerardmer, Longemer, Retournemer) et de la Savoie (Annecy, Leman, Bourget).
Roule (1925) la signalait dans le bassin du Rhône et plus rarement dans celui de la Seine et de la Loire.

L’eutrophisation des rivières et des lacs a entraîné sa raréfaction dans l’Yonne (Poplin, 1952), et une chute des effectifs dans le Leman (en 1897 elle représentait 10% du peuplement piscicole, en 1922 6%, en 1961 2,7%) (Vivier, 1964).
Elle serait absente de Bretagne et du bassin de la Garonne (Spillmann, 1961).

La répartition actuellement constatée laisserait supposer que la Lote est en voie de régression.

Pêche de la lote

Elle est très recherchée pour la qualité de sa chair.
Ne pas confondre avec la lote vendue chez les poissonniers qui est en fait la baudroie.

La lote de rivière est parfois pêchée au filet et avec des cordeaux tendus la nuit, eschés de vers de terre. Par eaux troubles, il est possible de la pêcher à la ligne le jour dans des endroits calmes, avec un ver reposant sur le fond.

Vous aimerez également

Les poissons d’étang
Sans plus tarder, voici un petit inventaire des poissons d’étang : gardon, perche, brochet, carpe, truite,…
Brème, 2007 - étang de Wambrechies

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le partager pour informer vos proches.

Publication initiale en 2011.
Cet article constitue un outil de documentation de loisirs et n’engage pas la responsabilité du site.

Les paragraphes «description, biologie, origine et habitat» sont extraits du logiciel Fishing version 2.1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.