Le montage du bas de ligne

Une classique olivette coulissante "butant" sur un émerillon agrafe compose la ligne principale. Une petite perle en caoutchouc sera la bienvenue, elle préservera le nœud de toutes coupures éventuelles provoquées par les nombreux entre-chocs de l’olivette sur l’œillet de l’émerillon.
Le nylon du corps de ligne est en 35/100. Quant au plomb, celui-ci dépendra de l’état de la mer et pourra varier de quelques grammes à 100 grammes.
La longueur de l’empile sera courte, compter 30~50 cm, car le secteur rocheux est propice aux accrochages. Des essais sur des longueurs d’empile d’un mètre et plus n’ont emmenés que des casses.
Le bas de ligne de 50 cm sera constitué d’un nylon en 28/100, une boucle à une extrémité et un hameçon triple de l’autre.

Montage sardine

Un appât de choix

Une sardine entière [voir note 1] sera utilisée pour armer le bas de ligne équipé d’un hameçon triple caché dans les chairs.
On prendra soin de couper la tête de la sardine, ce qui permettra de passer une aiguille à locher sur toute sa longueur, l’aiguille ressort au niveau de la queue. En tirant la totalité du bas de ligne, les pointes du triple pénétreront dans les chair du côté où la tête a été coupée. Il suffira alors de nouer la sardine par la queue en effectuant deux fausses clés. La sardine supportera un seul et unique lancer appuyé.

Action de pêche

Une fois la ligne en contact avec la surface de l’eau, laisser descendre le lest et la sardine tout en freinant des doigts la fuite du nylon . Mouliner quelques tours pour tendre la ligne

Poser la canne ... bien la bloquer sous peine de la voir partir à l’eau ! la sardine attire bien des monstres marins et je ne voudrais pas être responsable de la perte de matériel. Si vous voyez votre canne pliée et ne pas revenir, c’est sans aucun doute un poulpe et il risque de tout casser. Deux solutions, soit votre "blank" est costaud et vous savez pouvoir le sortir de l’eau, soit votre canne est trop légère et il faut couper la ligne.

Tendre la ligne de manière à plier légèrement le scion de la canne et bloquer le frein. Bloquer le frein? C’est la solution si on ne veut pas voir le plomb rouler et se bloquer dans le dédale rocheux (j’en sais quelque chose et j’avais totalement abandonné cette technique).

Cet ami pêcheur riche en expérience insiste sur le fait de ne plus toucher au moulinet sous peine si on prend un peu de fil de perdre la sardine ou de démasquer le piège c’est à dire de libérer le triple. La sardine est une esche tendre et fragile et il ne faut pas abuser.

Les touches, franches, parfois brutales, se produisent très rapidement après le lancer et il faut prévoir une bonne provision de sardines.

En effet, la sardine intéresse bien du monde sous l’eau et dans ces milieux pauvres en nourriture, du plus petit au plus gros. Si bien que les tirées provoquées par les "petits" ne tardent pas et sont génératrices de fausses touches et cela tant qu’un poisson digne de ce nom n’est pas dans le secteur. Il n’y a aucun doute lorsque le poisson s’est laissé prendre.

Variante: empile de 50 cm avec hameçon numéro 1 esché d’un ver américain.

Pour ramener la ligne, il suffit de lever brusquement et avec "autorité" la canne de manière à faire décoller le plomb du fond puis de mouliner rapidement la ligne tout en tenant la canne verticale.

Vous aimerez également


Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le partager pour informer vos proches.