La faune marine exit poisson

La faune marine désigne l’ensemble des espèces animales présentes dans les mers et les océans. En faisant l’exception des poissons, on y retrouve également les mammifères marins (comme les baleines et les dauphins, ...), les oiseaux marins, les reptiles marins (comme la tortue marine, ...) et les animaux invertébrés (vers, pieuvres, méduses, ....).


Les mammifères marins

L’expression mammifère marin désigne environ 120 espèces différentes de mammifères fréquentant la mer.- Wikipedia

Les Baleines

le nom de baleine désigne un mammifère marin généralement de grande taille classés dans l’ordre des Cétacés, les scientifiques distinguent deux groupes :

  • les baleines à dents : le cachalot, la baleine à bec, le marsouin, le dauphin
  • les baleines à fanons (Les fanons sont des lames cornées qui permettent de séparer la nourriture de l’eau): le rorqual, la baleine grise, la baleine franche ( L’appellation "franche" provient des chasseurs baleiniers qui recherchaient plus particulièrement cette famille pour leur forte teneur en graisses. ), la baleine à bosse.

Les chasses intensives menées par certains pays mettent de nombreuses espèces de baleines en péril.

Pourquoi les baleines s’échouent-elles ?

Les raisons ne sont pas encore bien établies : s’agit-il d’un animal mort dont le corps s’échoue à la côte, un animal malade, blessé par un cargo ou encore par quelques anomalies dans le champ magnétique ? Il semble établi que ces animaux marins suivent les lignes de champ magnétique terrestre, des anomalies générées par les tempêtes et autres causes magnétiques peuvent dans certains le mettre en danger, croyant longer la côte alors qu’ils vont s’y échouer.

n°37 - BERCK-PLAGE - Echouage d'une baleine sur la plage de Berck en 1895
n°37 - BERCK-PLAGE - Echouage d’une baleine sur la plage de Berck en 1895

Une baleine à bec et son petit échoués à Sangatte

Deux baleines à bec (que l’on trouve habituellement dans l’océan Pacifique), une mère et certainement son enfant, s’étaient échouées vendredi soir sur la plage de Sangatte. L’adulte, mesurant 4,70 m et pesant une tonne, avait pu être fixée au rivage mais le corps du baleineau a été emporté par la marée. Le corps de la mère a été mis à l’abri des regards dimanche matin, pour des raisons d’hygiène. Il a été transporté hier à Liège pour autopsie.

>La Voix du Nord - Edition du mardi 22 janvier 2008
baleines à bec, La Voix-du-nord
Baleines à bec - Photo la Voix du Nord

Une baleine échouée dans le port de Calais

Une baleine du type rorqual mesurant cinq mètres de long et pesant deux tonnes a été retrouvé morte, flottant dans le port de Calais mardi. Selon les services vétérinaires, il devait être mort depuis trois semaines...Des examens vont être réalisés pour savoir la raison exacte de son décès.
Les ouvriers portuaires ont amené le petit cétacé à quai pour évité qu’il ne soit remporté par la mer en attendant que le service de dépeçage s’en charge.

Des barrières de sécurité ont été installé pour empêcher les badauds d’approcher le rorqual.
Le rorqual est un familier des eaux froides et peut atteindre 25 mètres et on le croisse assez souvent dans l’océan atlantique.

La Voix du Nord - 27 Novembre 2007
Rorqual-GreenPeace
Une baleine du type rorqual - Photo la Voix du Nord

Une baleine échouée sur la plage de Lombardsijde (Belgique)

La baleine à bosse qui s’est échouée le 5 mars 2006 sur la plage de Lombardsijde, près de Nieuwpoort, était une femelle de 10,50 mètres de long pesant 15 tonnes. Cet échouage constitue une évènement étonnant dans la mesure où ce type de mammifères marins ne vit normalement pas en Mer du Nord. La baleine était en bonne condition physique, morte suite à une collision avec un navire. L’animal a encore survécu pendant quelques heures avant de mourir et de s’échouer une dizaine de jours après.

sciencesnaturelles.be - 5 mars 2006
baleine à bosse
La baleine à bosse - Source sciencesnaturelles.be

Que faire si vous trouvez un dauphin ou une baleine échouée

DANGERS
Les dauphins et les baleines sont des animaux sauvages, ils peuvent mordre, blesser ou frapper à l’aide de leur puissante nageoire caudale. Restez à l’abri de ces zones dangereuses (tête et nageoire caudale).
Ces animaux sauvages peuvent aussi transmettre des maladies aux humains, et leur échouage peut être du à une maladie infectieuse. Les enfants ne doivent pas s’approcher d’un cétacé échoué.
Alerter le CRMM au : 05.46.44.99.10 Plus de détails sur le réseau échouage : (http://www.cetace.info/RNE.php) - Si vous ne connaissez plus le numéro du CRMM, appelez les pompiers.


Les crustacés


Les mollusques et coquillages

Aplysie le lièvre de mer

Aplysia punctata (Cuvier 1803)
Noms locaux : lièvre de mer, lièvre marin, pisse-vinaigre
Famille des Aplysiidés

L’ Aplysie est un mollusque gastéropode à corps nu, sans coquille, qui mesure jusqu’à 30 cm de long. elle porte une paire de tentacules tactiles et gustatifs. La coquille dorsale, est réduite, transparente, recouverte par les bords du manteau.
Sa chair est toxique.
L’animal génère un liquide violet vénéneux qu’il libère quand il se sent menacé. C’est la raison pour laquelle on le nomme parfois pisse-vinaigre. Le sobriquet "lièvre de mer" provient de ses tentacules lesquelles ressembleraient aux oreilles du lièvre. Il mesure jusque 30 cm.
On les rencontre depuis la surface jusqu’à plus de 20 m de profondeur dans toutes les mers du globe.

Trois espèces d’aplysie vivent le long de nos côtes:

  • l’Aplysia punctata (Cuvier, 1803) ou lièvre de mer moucheté - Atlantique Nord-Est, Méditerranée,
  • l’Aplysia depilans (Gmelin, 1791) ou aplysie visqueuse - Méditerranée, Atlantique Est,
  • l’Aplysia fasciata ou aplysie fasciée - Méditerranée, Atlantique.

Aplysie - photo sylviegoulven

Aplysie - photo sylviegoulven

Vidéo youtube


Les vers

Les vers accrochés à l’hameçon souffrent-ils

Un ver enfilé sur un hameçon ne ressent pas de douleur.
”Une étude sérieuse menée, à la demande du gouvernement Norvégien (dans l’optique d’une possible révision des lois de protection des animaux), par des biologistes dirigés par le professeur norvégien Wenche Farstad a traité la question de la souffrance des vers accrochés à l’hameçon. Le 08 février 2005, les résultats de cette étude on été publiés.”
Les invertébrés, tels que les vers, sont insensibles à la douleur. Ils peuvent ressentir les choses… sans pour autant en souffrir!
Certes, le ver a tendance à se tortiller lorsqu’on l’enfile sur l’hameçon, mais il s’agit là d’un simple réflexe dû à sa manipulation et non d’une réaction liée à la douleur comme on pourrait le croire.
Un système nerveux très simple et un petit cerveau
L’explication des experts est la suivante : le système nerveux des invertébrés est effectivement beaucoup moins complexe (même s’ils sont en mesure de répondre aux stimuli) que celui des vertébrés, et la taille de leur cerveau bien trop petite pour pouvoir transmettre des signaux associés à la douleur. Pour preuve, les crustacés n’ont que 100 000 neurones contre 100 milliards chez l’être humain. Ce qui expliquerait qu’un ver de terre puisse être coupé en deux et continuer pourtant sa route… - www.normandieappats.fr, www.sciencepresse.qc.ca

Le ver un appât de choix, 2004
Le ver un appât de choix, 2004

Reptiles

Tortues marines Luth

La Tortue luth, Dermochelys coriacea est la plus grande des sept espèces actuelles de tortues marines, la plus grande des tortues de manière générale. La Tortue luth fréquente tous les océans de la planète, mais sa survie est gravement menacée par les filets de pêche, la pollution et l’urbanisation du littoral.

Au secours des tortues marines et les dauphins
Une forme d’appel de détresse lancé à tous les navigateurs : informer des observations de tortues et mammifères marins aide à leur protection

Dans les pertuis charentais, le bénévolat est une clé de la conservation des espèces marines. C’est la philosophie de l’opération « Observateurs des pertuis », que le Centre d’études et de soins des tortues marines de l’Aquarium de La Rochelle, et le Centre de recherche sur les mammifères marins, ont réactivé hier, comme au seuil de chaque été.

Cette campagne s’adresse à tous les navigateurs. Elle invite les pêcheurs professionnels, les plaisanciers, les agents des services de l’État, à signaler leurs observations en mer de tortues et mammifères marins [Les fiches d’observations peuvent être retirées dans les capitaineries.].

Un capital renseignement précieux, comme en témoigne le biologiste de l’Aquarium, Pierre Morinière : « Ce sont des animaux protégés sur lesquels nous ne disposons que de peu d’informations. Or, leur fréquentation des pertuis, principalement l’été, est représentative de l’état de santé de ces milieux. »

Les scientifiques sont demandeurs de tout type d’information. Y compris de celles portant sur la fréquentation répétée d’un site par une espèce dont des pêcheurs professionnels pourraient être les témoins et dont ils estimeraient qu’il n’est pas capital d’informer de la récurrence.

Une base de données

Depuis 1988, l’opération a totalisé 993 observations de tortues du Pays Basque à la Manche, très majoritairement (81 %) au large des côtes charentaises et girondines. En détaillant pour les mammifères marins, les retours d’information depuis 1996 se soldent par deux observations de marsouins communs, 50 de dauphins communs, 430 de grands dauphins et 180 de globicéphales noirs. Notez que les fiches d’observations autorisent de relever d’autres espèces telles que le poisson-lune, le requin-pèlerin ou le requin-tigre (dont un spécimen a été pêché l’année dernière à Fouras). Peut-être les observateurs feront-ils aussi remonter les errements de petits dauphins noirs dont deux spécimens ont été vus il y a deux ans, alors que l’aire de distribution habituelle de ce mammifère est la Méditerranée. Sa présence en Atlantique est-elle un effet du réchauffement océanique ? Pas de réponse catégorique des scientifiques.

Toutes ces informations ne sont pas compilées pour le seul plaisir de renseigner des fichiers. Si le ministère de l’Écologie et du développement durable encourage aujourd’hui cette collecte, c’est qu’elle a une incidence précise sur les dispositifs de protection des espèces. Les données fournies par le Centre des mammifères marins ont aidé à délimiter l’extension en mer du périmètre Natura 2000.

Cette cartographie a aussi permis, lorsqu’il s’est agi d’implanter des champs de filières d’élevage de coquilles dans les pertuis, d’éviter les zones où ces animaux sont les plus présents.

Et dernièrement, ces détails ont été redemandés dans le cadre des études sur l’implantation d’éoliennes en mer.

TortueLuth Wikipedia

Des analyses sur leur origine

Le Centre d’études des tortues marines de l’Aquarium de La Rochelle collecte, depuis plusieurs années, des échantillons de muscles sur les tortues luth échouées sur le littoral atlantique français.

En 2008, la National Océanic and Atmosphéric Administration, basée en Californie, a réalisé des analyses génétiques de ces échantillons, afin de déterminer l’origine des tortues luth présentes dans l’Atlantique. Les premiers résultats indiquent que les tortues luth qui sont observées ou échouées sur nos côtes sont d’origine caribéennes. De nouvelles analyses sont en cours, et l’addition de nouveaux échantillons, permettront d’affiner leur origine.

Il s’agira, ainsi, de mieux appréhender le comportement migrateur de cette espèce qui est actuellement inscrite sur la liste rouge de l’International union for conservation of nature en danger critique d’extinction, et ainsi de mieux contribuer à sa protection.

Auteur : Philippe Baroux - article publié sur Sud Ouest.com le 18 juin 2009

Les méduses, coraux, anémones de mer

Les méduses

L’appellation de Méduse s’applique en français à plusieurs espèces distinctes et demeure ambigu d’un point de vue scientifique . Elles sont généralement des prédatrices et paralysent leurs proies grâce à leurs cnidocytes, des organes vénéneux capablent de libérer une substance urticante. Certaines méduses appartenant à la classe des Cubozoa peuvent être mortelles pour l’Homme.

Méduse, Carnac 2018
Méduse, Carnac 2018

Des énormes méduses coulent un bateau de pêche japonais

Le Shinsho Diasan-maru a chaviré au large de Chiba au Japon, alors que les trois hommes d’équipage essayaient de remonter un filet contenant des dizaines d’énormes méduses. The Telegraph indique que les trois hommes à la mer ont été secourus par un autre chalutier. Le temps était clair et la mer calme au moment de l’accident.

Ces animaux ont coulé un chalutier de 10 tonnes.
La méduse de Nomura est l’une des plus grandes espèces de méduses au monde. Elle peut mesurer jusqu’à 2 mètres de diamètre et peser jusqu’à 200 kilogrammes.

Les méduses de Nomura sont d’authentiques monstres des profondeurs que l’on rencontre aujourd’hui dans les eaux japonaises. Quatre ans après leur dernière apparition, et pour des raisons qui demeurent mystérieuses, de nombreuses méduses géantes se sont rassemblées dans la mer Jaune, au large de la Chine et de la péninsule coréenne. Elles ont ensuite dérivées vers la mer du Japon. Les experts estiment que, durant ces derniers mois, les conditions météorologiques et la qualité des eaux dans les aires de reproduction, au large des côtes chinoises, ont été idéales pour les méduses. Certains évoquent le réchauffement climatique, d’autres la surpêche ou la pollution en Chine.

Photo AFP - A diver attaches a sensor to a Nomura's jellyfish off the coast of northern Japan.
A diver attaches a sensor to a Nomura’s jellyfish off the coast of northern Japan. Photo AFP

Déjà en 2005, la peste visqueuse (the slimy plague)
En 2005, les pêcheurs d’anchois et de saumon avaient commencé à trouver un grand nombre de méduses dans leur filet. Il faut savoir que lorsque le Nomura atteint la taille d’un mètre de diamètre, une demi-douzaine d’entre eux suffit pour détruire un filet de pêche. Les poissons capturés à leurs côtés sont alors empoisonnés et inexploitables. Les bateaux de pêche dans le nord du Japon ont cessé de sortir et dans certains endroits, les pêcheurs ont perdu près de 80/100 de leurs revenus. Les équipes techniques de certaines centrales nucléaires de la région ont pu constater que des méduses géantes avaient été aspirées dans les pompes de refroidissement des réacteurs.

Si sa piqûre est douloureuse, la méduse géante de Nomura (Nemopilema nomurai) possède un venin réputé peu toxique pour l’homme. Le contact avec cet animal peut toutefois s’avérer fatal quand il déclenche un choc anaphylactique.

Sources :

Le Cérianthe

Cerianthus membranaceus (Spallanzani, 1784)
Famille des Cerianthidés

On rencontre le Cérianthe sur les côtes de la Méditerranée occidentale, en Atlantique jusqu’en Bretagne. Hexacoralliaire de coloration changeante, il vit sur les fonds meubles, dans un tube de mucus agglutiné avec des particules de substrat. C’est une fausse anémone de mer et, contrairement à ce dernier, il ne colonise jamais la zone des marées.

C’est un grand polype solitaire vivant dans un tube muqueux. Il peut atteindre 20 cm de long et porte à l’extrémité une couronne de plus de 100 tentacules fins qui entourent la bouche. Ils sont déposés en cercles concentriques; les extérieurs sont les plus longs.
Bien que fixé au substrat, le Cérianthe peut se déplacer en quittant son tube pour en reconstruire un nouveau plus loin. Dérangé, il se rétracte vivement à l’intérieur du tube.

Présent dans les eaux calmes sur des fonds meubles (sable et vase), on le rencontre habituellement sur les rochers et dans les herbiers, dans tous les cas sur les substrats détritiques du littoral à plus de 40 m de profondeur.
Le Cérianthe se nourrit de plancton, de petits animaux et de débris organiques en suspension qu’il capture avec ses longs tentacules. Il est capable d’ingurgiter des proies plus importantes telles que des petits poissons ou des petits crustacés.
Sexuée, de janvier à juillet. Les Cerianthes sont généralement hermaphrodites protandriques: un même animal émet d’abord des gamètes mâles, puis devient femelle. La larve, après une vie pélagique assez longue, se transformera en un jeune polype qui, une fois tombé sur le substrat, se construira un tube.

texte de l’affichette de description, Aquarium d’Arcachon, 2017

Cérianthe - Aquarium d'Arcachon, 2017
Cérianthe - Aquarium d’Arcachon, 2017
Cérianthe - Aquarium d'Arcachon, 2017
Cérianthe - Aquarium d’Arcachon, 2017

La mer et les océans


Vieille planche d’école

L’histoire, la géographie et les sciences naturelles que l’on appelait "leçons de choses" constituaient les principaux thèmes abordés par les planches cartonnées affichées dans les classes des écoles primaires. Ici la reproduction d’une vieille planche d’école: Mollusques, vers, Échinodermes, Cœlentérés, Infusoires...

 vieille planche d'école

Vous avez aimé cet article...

alors vous aimerez les articles suivants :

Retrouvez-moi sur:

'je suis sur facebook
Retrouvez-moi sur Flickr

Ajouter un commentaire




Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.