Aller au contenu
Accueil / Autres / Faune & Flore aquatiques / Poissons d'eau douce / Rotengle

Le rotengle (Scardinius erythrophthalmus)

 Le rotengle est un poisson d’eau douce de la famille des Cyprinidés, sans doute l’une des espèces les plus communes de la zone à brême (étangs et rivières de plaine).

Description du rotengle

Scardinius erythrophthalmus (Linné, 1758)
Autres noms : gardon rouge, rossard, rousse, plate, gardon de roche.

Le corps est comprimé latéralement, le dos bombé est brun vert, les flancs sont cuivrés, le ventre argenté. Les nageoires dorsale, anale, et pelviennes sont rouges sang (gardon rouge ?). La nageoire dorsale prend naissance en arrière des pelviennes.
La bouche est étroite et oblique. Les écailles sont grandes (40 à 43 le long de la ligne latérale).

Ses yeux à reflets dorés le distingue du gardon.
Taille : de 15 à 45 cm.
Poids : 300 grammes à 1,8 kg

Rotengle
Rotengle

Habitat et mode de vie

Autochtone en France, Spillmann (1961) 1 le signalait comme absent du sud-est (Alpes-Maritimes) et il semble maintenant y avoir colonisé les retenues hydroélectriques à la suite de rempoissonnements.

Le rotengle vit dans les eaux dormantes : les étangs, les bras morts des rivières. Son activité diurne est importante en été et dépend de la température. Il vit en bancs près de la surface et hiberne l’hiver en eaux profondes.

Alimentation

Le rotengle est essentiellement omnivore et s’alimente d’insectes dérivants, de zooplancton et de graines flottantes à la surface de l’eau. Il consomme également des mollusques, des crustacés, des œufs de poissons, des macrophytes et du phytoplancton.
Pour certains individus adultes, les végétaux constituent une part importante de leur régime alimentaire. Il a des capacités adaptatives moindres que celles du gardon. Il se nourrit entre deux eaux et en surface.

Reproduction

La reproduction a lieu de mai à fin juin (eau 13 à 15 °C) parmi les pierres et la végétation qui borde les rives. Les œufs (90000 à 200 000 par femelle) incubent pendant 8 à 15 jours. Il atteint la maturité sexuelle à 2-3 ans.
Le rotengle s’hybride avec le gardon, la brème et l’ablette.


Pêche de loisirs

Le rotengle se pêche comme le gardon, au coup. Il faut toutefois le pêcher en surface l’été, au fond l’hiver.
C’est un vif très utilisé pour la pêche des carnassiers.
Appâts : Blé, Pain, Pâtes alimentaires, Mystic, ver de vase, asticots et pinkies.

Annexe : Pêche du rotengle en étang

 Pour compléter ce paragraphe, voici un extrait d’une publication datant de 1947 dans le Chasseur Français lequel offre des conseils sur la pêche du rotengle en étang, y compris le choix de l’équipement et les méthodes pour utiliser différentes esches.

«- A rechercher surtout vers les bords ; la pleine eau étant trop dangereuse pour sa sécurité, il la fuit. C’est dans la végétation aquatique des bords que le rotengle élit plus volontiers domicile, et notamment au milieu des nénuphars, dont les tiges espacées lui permettent de circuler et les larges feuilles flottantes de se mettre à l’abri. Cependant, il ne craint guère le soleil et, en été, on peut voir souvent des bandes de ces poissons immobiles tout près de la surface. Habituellement, il se tient entre 0m,50 et 1m,20 de profondeur pour surveiller les alentours. Il a la vue et l’ouïe très bonnes, et sa méfiance le met à l’abri des surprises du lanceur d’épervier.

Dans les étangs, le pêcheur à la ligne opère presque toujours du bord ; il faut donc une canne longue, légère, assez flexible, le plus souvent en roseau ligaturé (longueur 6 mètres à 6m,50).

Moulinet peu utile. Corps de ligne très fin, en soie, cordonnet, catgut ou nylon, résistance 2 kilogrammes. Bas de ligne de 1m,80 en racine 3 X ou nylon 16/100, pouvant supporter 1 kilogramme environ. Le rotengle se pêche :

a. Aux esches végétales : blé, chènevis, pâte molle, mie de pain, noquette minuscule. Employer un petit flotteur à antenne lesté d’un plomb à l’extrémité inférieure pour donner stabilité et sensibilité indispensables. Jet par lancer balancé en avant le long des bancs de roseaux et dans les vides entre les nénuphars. Ne pas mettre plus de 1m,20 de fond, souvent moins. Amorcer avec son mouillé, pain trempé, chènevis pilé et humecté. Poser l’esche légèrement au milieu du nuage. La plume oscille bientôt et s’enfonce. Ferrer aussitôt, résister et enlever d’autorité pour éviter l’enchevêtrement du fil dans la végétation, d’où perte du poisson.

b. A l’insecte : rechercher les blocages. Escher d’une sauterelle, d’une grosse mouche, d’un téléphore, etc. … Faire un jet allongé au centre des blocages, laisser tendre le fil, ferrer doucement et amener. Si un banc de roseaux cache la place, descendre l’insecte par dessus et pêcher à la surprise. On ne voit pas les touches, mais on les sent à la main et on voit se courber l’extrémité du scion. Ferrer sans tarder, enlever le poisson avec précaution, mais résolument, et le déposer sur la berge. Il est rare, en étang, de pouvoir épuiser ses prises ; il faut donc que le fil puisse supporter une traction d’environ 1 kilogramme ; cela est suffisant pour enlever d’autorité presque tous les rotengles accrochés, à condition de ne pas y mettre de brutalité.» –
R. PORTIER., Le Chasseur Français N°651 Mai 1951 Page 276

Rotengle
Rotengle

En résumé

Le rotengle est présent dans toute la France, dans les eaux calmes des étangs et des bras morts. Sa ressemblance avec le gardon est évidente; pour faire la différence, le rotengle présente un dos plus bombé avec des couleurs vives, des nageoires rouges (notamment en période de fraie), une bouche orientée vers le haut et des yeux cerclés de jaune. Il existe des hybrides de rotengles et de gardons difficiles à identifier. Ce poisson est apprécié des pêcheurs de carnassier qui l’utilisent comme vif.

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le partager pour informer vos proches.

Vous aimerez également

Notes

  1. FAUNE DE FRANCE, n° 65, Poissons d’eau douce par C. J. SPILLMANN, 1961 ↩︎

Article mis à jour en 2024, publié initialement en 2012.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles de la catégorie

Cet article constitue un outil de documentation de loisirs et n’engage pas la responsabilité du site.
Temps estimé de lecture : 6 minutes