Aller au contenu
Accueil / Autres / Faune & Flore aquatiques / Poissons d'eau douce / Les truites : la fario et l’arc-en-ciel

Les truites : la fario et l’arc-en-ciel

Les truites, la fario, l’arc-en-ciel appartiennent à l’ordre des salmonidés. Ce sont des poissons osseux caractérisés par un corps fusiforme et une nageoire dorsale postérieure adipeuse. Parmi les salmonidés de nos eaux douces, on trouve également le saumon de fontaine, l’omble Chevalier, le saumon Atlantique dont l’espèce est protégée, le cristivomer ou omble du Canada.

La Truite Fario

La truite commune européenne Salmo trutta est une espèce de poissons de la famille des Salmonidés. Selon la situation côtière ou continentale d’un cours d’eau, une proportion très variable des truites qui y naissent peuvent migrer en mer. 

Salmo trutta fario ou truite de rivière,
Salmo trutta trutta ou truite de mer (pouvant migrer en mer pour grandir),
Salmo trutta lacustris ou Truite de lac ( pouvant migrer dans un lac pour grandir )
Autres noms ; mouchetée, troucia, trouette, truche, truiton, zébrée

Salmo trutta Linnaeus, 1758 Rovag, CC BY 3.0 , via Wikimedia Commons
Salmo trutta Linnaeus, 1758
Rovag, CC BY 3.0 , via Wikimedia Commons

Description

La truite est une espèce très polymorphe (1) dont les variations accompagnent souvent les changements d’habitats qu’est susceptible d’accomplir cette espèce.

Le corps est fusiforme et élancé. La tête est relativement grosse et la bouche est largement fendue, le maxillaire supérieur dépassant nettement le bord postérieur de l’œil.
Le pédicule caudal est plus élevé que chez le saumon. Les mâchoires sont armées d’une rangée de dents coniques. La coloration de la robe et le patron des ponctuations varient avec l’âge et le milieu de vie des individus.

Il existe chez certaines truites une tendance naturelle à se déplacer vers des secteurs où le volume d’eau est important (Lac ou grande rivière), là, les individus perdent complètement leur robe tachetée pour prendre une parure très homogène avec le dos souvent gris bleu et le ventre blanc.
On retrouve cette coloration aussi bien chez la truite de mer que chez la truite de lac.

Taille : Elle est variable suivant le cycle biologique, les formes sédentaires étant plus petites (30 à 40 cm), les formes migratrices pouvant atteindre 1 mètre.

(1) qui présente plusieurs aspects (formes) différents.

Truite fario
Truite fario

Biologie

La biologie de la truite rappelle par de nombreux aspects celle du saumon (comportement de ponte, occupation du territoire, migration…)
Ces dernières années les formes migratrices ont plus particulièrement été étudiées qu’il s’agisse de la truite de mer (Fournel et al 1985 et Richard 1986) ou de la truite de lac qui représentent une ressource importante.

La migration en mer de la truite est beaucoup plus limitée dans l’espace que celle du saumon atlantique et il n’est pas rare de voir une truite se reproduire après son premier été en mer (type « finnock » –  European sea trout).

La ponte est hivernale (octobre-février) dans les eaux froides et à fond de graviers. La femelle creuse une cuvette où elle expulse les œufs (2000 par kg de poids) aussitôt fécondés par le mâle. Ils sont ensuite recouverts de graviers.
L’incubation dure 40 jours environ.

YouTube : Reproduction assistée des Truites Fario à la Pisciculture Fédérale de Besse – Fario Mentos

Cette documentation explique point par point toutes les étapes de la reproduction assistée des Truites Fario à la Pisciculture de la Fédération Départementale de la Pêche et de la Protection du Milieu Aquatique du Puy-De-Dôme, à Besse.
La notion de degré/jour est plusieurs fois utilisée. Il s’agit d’une durée variable en fonction de la température de l’eau.
Par exemple, pour une eau à température constante de 5°C, 300°/jour représente 300 : 5 = 60 jours.
Ainsi de la fécondation des ovules à l’éclosion des larves, il faut atteindre les 420°/jour.
Pour une température moyenne de l’eau de 5°C, la durée nécessaire sera de 420 : 5 = 84 jours ; à 4°C, il faudra 105 jours.

La truite fario se nourrit de proies animales : vers, insectes aquatiques ou aériens, crustacés, petits poissons

Dessin de truite fario (Bachforelle Zeichnung) Duane Raver, U.S. Fish and Wildlife Service, Public domain, via Wikimedia Commons
Dessin de truite fario (Bachforelle Zeichnung)
Duane Raver, U.S. Fish and Wildlife Service, Public domain, via Wikimedia Commons

Origine et habitat

La truite est largement répandue sur l’ensemble du territoire.
Elle fréquente aussi bien les cours d’eau de haute altitude que les lacs. En plaine le facteur le plus limitant de sa répartition est la température plus que la qualité des eaux (espèce d’eau fraîche).

La truite de mer a bénéficié des programmes développés pour le saumon atlantique et l’ouverture d’axes nouveaux profite particulièrement à cette espèce (fleuves côtiers de la Manche: Orne, Touques, Bresles).

On a longtemps cru que la mer Méditerranée était trop salée pour abriter des salmonidés, il semble que depuis quelques années la capture de truite y soit de plus en plus fréquente (Fabre et al 1974).

La truite à grosses taches n’est pas présente sur le continent, elle ne se rencontre qu’en Corse.
Cette espèce est susceptible de bénéficier de mesures de protection prises dans le cadre d’un arrêté de biotope (arrêté du 8/12/88).

La Truite Arc-en-ciel

La truite arc-en-ciel est une espèce de salmonidés, originaire du sous-continent nord-américain où elle est commune, mais se trouvant également en Europe et en Amérique du Sud, où elle a été introduite.

Oncorryncus mykiss (Walbaum, 1792) – aussi appelée Salmo gairdneri
Autres noms : truite irisée, saumon arc-en-ciel (Canada).

Description

La truite arc-en-ciel a un corps fusiforme.
La tête est relativement petite, la bouche est peu fendue, le maxillaire ne dépassant pas le bord extérieur de l’œil. le corps présente sur les flancs une bande irisée caractéristique. Les nageoires dorsale et anale présentent des ponctuations noires absentes chez la truite commune.

La coloration générale du corps est très variable suivant les types de milieux et l’état physiologique. En milieu lacustre ou marin le corps devient complètement argenté, les individus reçoivent alors le nom de « truite Kamloops ou de truite Steelhead » (Scott et Crossman 1974).

Taille : Elle est variable suivant le cycle biologique.
Les formes migratrices lacustres ou marines peuvent atteindre des tailles voisines de 80 cm. Les formes sédentaires sont plus petites.

Truite arc-en-ciel
Truite arc-en-ciel

Biologie

La biologie de cette espèce a été particulièrement étudiée, compte tenu de l’importance économique qu’elle représente (salmoniculture). Cependant son écologie reste encore peu connue dans notre pays, en particulier le succès de sa reproduction naturelle est rarement signalé.

Dans son pays d’origine la reproduction est plus tardive que celle de la truite commune (température de 10 à 15°C). Les facteurs qui déclenchent le phénomène migratoire à l’intérieur d’une population ne sont également pas connus.

Sauf à de rares exceptions comme par exemple dans le lac des Bouillouses dans les Pyrénées-Orientales, la truite arc-en-ciel ne se reproduit pas dans les cours d’eau français. La fécondation des œufs se fait donc artificiellement en pisciculture.

Elle se nourrit de la même façon que la truite fario : larves d’insectes, mollusques, crustacés, poissons.

Truites, 2004
Truites, 2004

Origine et habitat

La truite arc-en-ciel est originaire de la côte ouest des États-Unis, les premiers essais d’introduction en France datent de 1884. Ces opérations ont été renforcées depuis la maîtrise de l’alimentation artificielle de cette espèce, technique qui a provoqué le développement rapide de son élevage.

Des travaux récents (Smith et Stearley 1989) ont montré l’appartenance de la truite arc-en-ciel au genre Oncorhynchus, qui regroupe les salmonidés migrateurs ou non de la côte ouest des États-Unis, le genre Salmo étant réservé aux salmonidés de la côte est.

La règle de l’antériorité a fait attribuer le nom de mikiss à la truite arc-en-ciel, ce nom ayant été attribué antérieurement à la truite du Kamchatka.
Utilisée pour le repeuplement, cette espèce est répandue sur l’ensemble du territoire mais elle entre en concurrence avec la truite fario.

Truite arc-en-ciel - Duane Raver, Public domain, via Wikimedia Commons
Truite arc-en-ciel
Duane Raver, Public domain, via Wikimedia Commons

Pêche de la truite

La truite fario se pêche à la grande canne, au toc, au vairon manié, au leurre, à la mouche.
Appâts : Vers de terre, Asticot, Porte Bois, Teigne, Larve d’insecte, Sauterelle, Poisson, Leurre.

Important: Les truites communes peuplent généralement les rivières, les étangs et les lacs classés en cours d’eau de « Première Catégorie ».
Ce type de cours d’eau est généralement ouvert de début mars à fin septembre.

Affiche d'information sur la pêche au Lac du Flumet, 2016
Affiche d’information sur la pêche au Lac du Flumet, 2016

Vous aimerez également

  • Pêcher la truite en étang
    La pratique de la pêche de la truite en plaine se généralise par l’apparition de nombreux plans d’eaux privés notamment dans le nord de la France et en Belgique. Je vous propose ce tutorial pour bien débuter la truite en étang.
  • Truite en lac de haute montagne
    Pêcher la truite à la bombette en lac de haute montagne – Un rappel des conditions de pêche s’imposent, suivi d’un article de 1950.
  • Les techniques d’élevages en eau douce (www.poisson-aquaculture.fr)
    Les piscicultures en eau douce sont implantées sur tout le territoire – L’élevage d’une truite demande de 10 à 30 mois environ.

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le partager pour informer vos proches.

Article mis à jour en 2022, publié initialement en 2011
Il constitue un outil de documentation pour la pêche de loisirs et n’engage pas la responsabilité du site.

Étiquettes:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles de la catégorie

Cet article constitue un outil de documentation de loisirs et n’engage pas la responsabilité du site.
Temps estimé de lecture : 9 minutes