Aller au contenu
Accueil / Hors-sujets / Les phares et balises maritimes de France / Hérault

Phares maritimes de l’Hérault

L’Hérault, une région de France située en Occitanie, est célèbre pour ses phares maritimes qui guident les navires à travers les eaux de la Méditerranée. Parmi eux, le Phare du Mont-Saint-Clair, Phare Saint Louis.

Agde

Le phare du Fort de Brescou

L’île de Brescou, situé au large du Cap d’Agde, abrite deux phares situés dans l’enceinte d’un fort : le premier datant du XVIe siècle lequel était un simple fanal qui servi de tour de défense à ce jour toujours visible ; le second construit en 1836 mesure 12 m de haut et s’élève à 22 m au-dessus de la mer. Jusqu’à son automatisation en 1989, il était entretenu par un gardien dédié. Aujourd’hui, le phare est automatisé et continue de guider les marins, il a une portée de 13 milles marins.

L'île de Brescou, sur la commune d'Agde.
L’île de Brescou, sur la commune d’Agde, abrite deux phares situés dans l’enceinte d’un fort

Le Fort de Brescou, avec son histoire riche et mouvementée, est un véritable témoin du passé. Construit initialement pour la défense contre les pirates, il a été sauvé de la destruction par le Cardinal Richelieu, qui envisageait d’en faire un port militaire. Malgré l’arrêt des travaux après sa mort, le fort a trouvé une nouvelle vie en tant que prison d’État et plus tard, a été confié aux Ponts et Chaussées. Aujourd’hui, classé monument historique, il symbolise l’héritage culturel de la Ville d’Agde et se prépare à entamer un nouveau chapitre en tant qu’hôtel.

Les feux du Grau d’Agde

Le feu de la jetée Est, établi en 1805, a connu plusieurs transformations au fil des ans. Initialement, il fut remplacé en 1827 par un feu fixe blanc, puis déplacé en 1867 sur une tourelle en tôle, avant d’être finalement installé sur une tourelle tronconique blanche de 11 mètres de hauteur, émettant un feu vert avec une portée de 7 milles marins.

Le feu de la jetée Est à l'entrée du port du Grau d'Agde
Le feu de la jetée Est à l’entrée du port du Grau d’Agde

De même, le feu de la jetée Ouest, allumé pour la première fois le 15 septembre 1868, a également subi des modifications. Il est passé d’un feu fixe rouge sur une colonne octogonale surmontée d’une sphère noire à l’actuelle tourelle tronconique blanche de même hauteur (11 mètres), émettant un feu rouge.

Le feu de la jetée Ouest du Grau d'Agde
Le feu de la jetée Ouest du Grau d’Agde
Vue générale sur l'entrée du port du Grau d'Agde
Vue générale sur l’entrée du port du Grau d’Agde

Le phare du Mont Saint-Loup

Le phare du Mont-Saint-Loup, situé à Agde, est un monument historique qui a joué un rôle crucial dans la navigation en Méditerranée au XIXe siècle. Commencé en 1834 et achevé en 1836, il faisait partie d’un réseau de 51 phares conçu par Rossel.

Ce phare se distingue par son architecture fonctionnelle, avec des murs épais et talutés en pierre de taille de basalte, entourant une maison-phare et une enceinte évoquant les fortifications militaires.

Il a été désaffecté lors de l’allumage du phare du mont Saint-Clair, à Sète puis il a servi de sémaphore pour la Marine Nationale et a été utilisé par les Affaires Maritimes jusqu’à sa fermeture en 2000. Aujourd’hui, le phare est inscrit comme monument historique depuis 2011 et témoigne de l’histoire maritime de la région. Il ne se visite pas même si celui-ci reste accessible.

Carte postale colorisée du fort du Mont Saint-Loup à Agde
Carte postale colorisée du fort du Mont Saint-Loup à Agde

Balaruc-les-Bains

(Balise du Rocher de Roquerols)

La balise cardinale Sud du rocher de Roquerols, située entre Balaruc-les-Bains et la Pointe du Barrou, est un repère maritime historique datant du début du XXème siècle. Haute de 7 mètres, elle guide les navigateurs grâce à son feu caractéristique qui émet six scintillements suivis d’un éclat long toutes les 15 secondes, visible jusqu’à une distance de 4 milles marins.

Le rocher Roquerols vue du port de Balaruc-les-Bains
Le rocher Roquerols vue du port de Balaruc-les-Bains

Sète

Le phare Saint-Louis

Construit à la fin du XVIIe siècle, il a guidé de nombreux marins avant de subir les ravages de la guerre. Sa destruction pendant la Seconde Guerre mondiale n’a été qu’un chapitre sombre dans son histoire, car il a été reconstruit peu après, continuant à servir de repère pour les navires naviguant vers le port de Sète.

Le phare Saint-Louis dans les années 30
Le phare Saint-Louis dans les années 30

Le phare Saint-Louis sert aujourd’hui de signalisation interne au port, marquant le brise-lames avec son feu latéral rouge. La structure circulaire du phare, avec sa base de 6,50 mètres de diamètre et son sommet de 4,75 mètres, s’élève majestueusement à 33,5 mètres au-dessus du sol, offrant une vue imprenable à 35,85 mètres au-dessus de la mer. La construction de cette tour a été une entreprise colossale, nécessitant 2297 blocs de pierre calcaire jurassique, soigneusement extraits des carrières de Frontignan, à l’exception des trois premières assises du fût, composées de pierre de Cassis et héritées du phare précédent, détruit en 1944.

Avec ses 14 fenêtres, dont 12 ornent le fût et 2 la chambre de veille, le phare Saint-Louis est baigné de lumière naturelle, tandis que son escalier hélicoïdal de 94 marches et ses deux échelles totalisent 126 marches, invitant à une ascension vers le ciel. Les ingénieurs Deymie et Molo, assistés par les entreprises locales Guinet et Mazza, ont conçu ce phare avec une précision et une attention aux détails qui témoignent de leur expertise.

Vue sur la billetterie au travers de l'escalier hélicoïdal du phare Saint-Louis de Sète
Vue sur la billetterie au travers de l’escalier hélicoïdal du phare Saint-Louis de Sète

Le phare est équipé d’un feu fixe de 3ème ordre, émettant 4 éclats toutes les 12 secondes dans un secteur rouge et blanc, visible jusqu’à 15 milles nautiques, soit environ 28 kilomètres. La source de lumière est une lampe halogène solaire, une technologie moderne qui reflète l’engagement de la ville envers l’efficacité énergétique et la durabilité.

Enfin, les vers de Paul Valéry 1 gravés à la base du phare face à la mer, «Son œil mobile mêle aux éclairs de périls l’eau riante et la danse infidèle des vagues», capturent poétiquement l’essence de ce monument, reliant le patrimoine culturel de la France à son identité maritime. Le phare Saint-Louis reste un symbole vivant de l’histoire et de l’innovation, veillant sur les eaux de Sète avec une présence rassurante et intemporelle.

Vue sur le chemin de ronde du phare Saint-Louis à Sète
Vue sur le chemin de ronde du phare Saint-Louis à Sète

Pour ceux qui souhaitent découvrir le Phare Saint Louis, il est recommandé de vérifier les heures d’ouverture et les visites guidées disponibles, afin de profiter pleinement de cette perle historique de Sète.

Le phare Saint-Louis à Sète avec en arrière plan un bateau de croisière amarré au port.
Le phare Saint-Louis à Sète avec en arrière plan un bateau de croisière amarré au port.

Le phare du Mont-Saint-Clair

Le phare du Mont-Saint-Clair, un monument historique et maritime, s’élève majestueusement au-dessus du cimetière marin et du musée Paul-Valéry, offrant une vue imprenable sur la ville de Sète. Inauguré le 25 avril 1903, ce phare octogonal a succédé au phare du Mont-Saint-Loup à Agde, qui ne pouvait plus répondre aux besoins croissants du port en pleine expansion.

L’électrification du phare en 1938 a marqué une avancée technologique significative, remplaçant l’ancien système de vapeur de pétrole par une source d’énergie plus fiable et plus puissante. Avec ses 23 mètres de hauteur, la tour du phare domine le paysage, tandis que sa lanterne, perchée à 93 mètres au-dessus du niveau de la mer, émet un feu blanc éclatant toutes les 5 secondes, visible jusqu’à 29 milles marins.

En conjonction avec le phare du môle Saint-Louis, il assure la sécurité des marins en formant l’alignement de la passe Est du port, guidant ainsi les navires vers l’abri sûr du port de Sète.

Vue sur le phare Saint-Clair et le Cimetière Marin Paul Valéry du fort Richelieu
Vue sur le phare Saint-Clair et le Cimetière Marin Paul Valéry du fort Richelieu
Au pied du phare Saint-Clair
Au pied du phare Saint-Clair
Phare Saint-Clair - Vue sur la balustrade à dés ajourés et la coupole
Phare Saint-Clair – Vue sur la balustrade à dés ajourés et la coupole

(Le brise-lames de Sète)

Le brise-lames de Sète, construit initialement en 1821, est un exemple remarquable de l’ingénierie maritime française. Conçu pour protéger le port contre les tempêtes et l’ensablement, cet ouvrage monumental a été érigé selon des plans élaborés au XVIIIe siècle.

Sa forme en arc-de-cercle, s’étendant sur 2,5 km, a été pensée pour briser la force des vagues, préservant ainsi les eaux intérieures du port. Au fil des années, le brise-lames a été étendu et renforcé, notamment par l’ajout de l’épi Dellon entre 1882 et 1888, puis par son agrandissement en 1984, témoignant de l’évolution continue des techniques de construction et de l’importance croissante du port dans la région.

Le brise-lames à l’entrée du vieux port de Sète

Les vestiges de petites bâtisses rappellent une époque révolue où les marins malades étaient isolés du reste de la population pour prévenir la propagation de maladies contagieuses. Ces infirmeries, bien que précaires, offraient un abri aux marins en quarantaine, leur permettant de contempler le port qu’ils ne pouvaient rejoindre.

chalutier entrant au port de Sète - A gauche, le feu tribord vert d'entrée de port.
chalutier entrant au port de Sète – A gauche, le feu tribord vert d’entrée de port.

Aujourd’hui, le brise-lames est devenu un lieu de promenade prisé par les habitants de Sète, qui viennent y chercher la tranquillité et la beauté des paysages, avec une vue imprenable sur le Mont Saint Clair et la cathédrale de Maguelone.

Feu central sur le brise-lames historique de Sète
Feu central sur le brise-lames historique de Sète

Le feu de la Tourette

Le feu de la Tourette était un phare historique de Sète. Construit en 1869, ce feu fixe et vert avait une portée initiale de 11 milles, qui fut réduite à 3 milles en 1948. Malheureusement, ce phare a été détruit entre 1971 et 1974 lors de travaux d’extension du port de Sète.

Cet ancien phare était situé à l’extrémité de la jetée de Frontignan, marquant l’avant-port de la ville. Aujourd’hui, même si le feu de la Tourette n’existe plus, son histoire reste un témoignage fascinant de l’évolution du port et de la ville de Sète.

Carte postale (colorisée) 24. Cette - les Rochers et le phare de la Tourette
Carte postale (colorisée) 24. Cette – les Rochers et le phare de la Tourette

(Le bateau-phare Centenaire Georges Brassens)

Le bateau-phare Roquerols, anciennement connu sous le nom de Razzle, détient une histoire riche et variée, reflétant les multiples vies qu’il a menées à travers l’Europe.

Construit en 1939, ce navire a servi de bateau-phare pour la Trinity House Lighthouse Service, jouant un rôle crucial pendant la Seconde Guerre mondiale en guidant les navires alliés à travers les eaux périlleuses des ports anglais. Après la guerre, il a été transformé en musée à Amsterdam, puis en lieu d’événements privés sous le nom de Zeeburg. En 2013, il a été envisagé comme salle de spectacle à Lyon, mais a été refusé par la ville, ce qui l’a conduit à Marseille où il a subi une réhabilitation complète pour devenir un espace culturel polyvalent.

Le bateau Centenaire Georges Brassens
Le bateau Centenaire Georges Brassens

Son arrivée à Sète en 2021 pour les célébrations du centenaire de Georges Brassens 2 a marqué un nouveau chapitre dans son histoire, le renommant Roquerols en l’honneur du lieu favori du poète sétois. Le navire, long de 56 mètres, est resté amarré au quai d’Alger, attendant de finaliser des travaux d’aménagement avant de reprendre la mer.
Sa présence prolongée à Sète semble témoigner de l’empreinte indélébile que Georges Brassens a laissée sur sa ville natale, et le Roquerols est devenu un symbole de cette héritage culturel.

Bleue Occitanie à Sète pour le centenaire de la naissance de Georges Brassens sur le Roquerols

Bleue Occitanie à Sète pour le centenaire de la naissance de Georges Brassens sur le Roquerols / France 3 Occitanie
Il s’est amarré aux quais de Sète en février pour célébrer cette année les cent ans de la naissance de l’enfant du pays, Georges Brassens. Quand la situation sanitaire le permettra, le « Roquerols », bateau-phare de 44m, accueillera concerts et colloques en hommage au chanteur amoureux des navires. Le reportage de Cybèle Plichart et Franck Detranchant sur cet hommage flottant à l’artiste anarchiste dont la « mauvaise réputation » n’était pas qu’une chanson mais qui reste si intimement lié à la ville de Sète.

Marseillan

Le phare des Onglous

Le phare des Onglous est un point de repère emblématique, situé à la jonction du Canal du Midi et de l’étang de Thau. Construit vers 1850, ce phare peint en rouge et blanc guide les bateaux de nuit et par temps de brume. La Pointe des Onglous, où se trouve le phare, offre un panorama exceptionnel et est l’endroit où les eaux du canal se mélangent avec celles de l’étang. Le port des Onglous, quant à lui, est un lieu vivant où les péniches et autres embarcations viennent s’amarrer, témoignant de l’importance historique et actuelle de cette voie navigable.

Les Onglous lighthouse - Gloverepp, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons
Les Onglous lighthouse – Gloverepp, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons

Palavas-les-Flots

(Phare de la Méditerranée)

Le Phare de la Méditerranée à Palavas-les-Flots se distingue par son histoire et son architecture unique. Cet ancien château d’eau transformé en phare offre une vue panoramique à 360° sur le Golfe du Lion et l’arrière-pays languedocien.

Carte postale de Palavas les Flots
Carte postale de Palavas les Flots – La plage et Le Phare de la Méditerranée

En conclusion

Ces structures ne sont pas seulement fonctionnelles mais aussi des témoins de l’histoire maritime de l’Hérault, attirant visiteurs et passionnés de patrimoine.
Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le partager pour informer vos proches.

Cartographie

Mont Saint-Loup, Agde, Béziers, Hérault, Occitanie, France métropolitaine, 34300, France

43.43037537336598, 3.672343514961251

Quai Commandant Méric, La Tamarissière, Agde, Béziers, Hérault, Occitanie, France métropolitaine, 34300, France

Phare des Onglous, Canal du Midi à Vélo, Marseillan, Montpellier, Hérault, Occitanie, France métropolitaine, 34340, France

Phare Saint-Louis, Môle Saint-Louis, Sète, Montpellier, Hérault, Occitanie, France métropolitaine, 34200, FrancePhare du Mont-Saint-Clair, Chemin du Phare, Sète, Montpellier, Hérault, Occitanie, France métropolitaine, 34200, France

Fort de Brescou, Agde, Béziers, Hérault, Occitanie, France métropolitaine, 34300, France

Vous aimerez également

Article mis à jour en 2024, publié initialement en 2022.

Notes

  1. Paul Valéry est un écrivain, poète et philosophe français né le 30 octobre 1871 à Sète et mort le 20 juillet 1945 à Paris. ↩︎
  2. Georges Brassens est un auteur-compositeur-interprète français, né le 22 octobre 1921 à Sète et mort le 29 octobre 1981 à Saint-Gély-du-Fesc (Hérault). ↩︎
Étiquettes:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres articles de la catégorie

Cet article constitue un outil de documentation de loisirs et n’engage pas la responsabilité du site.
Temps estimé de lecture : 12 minutes