Les poissons des côtes françaises

Je choisis de présenter la faune marine et les poissons de mer que l’on rencontre le long de nos rivages de France, en Mer du Nord, en Manche, Atlantique et en Méditerranée en fonction des endroits où je pêche et au gré de mes visites et balades dans les aquariums.

Consulter l’article sur
Les poissons de roche
et côtiers méditerranéens


Athérine

Atherina (Linné, 1758)
Autres noms : prêtre, Joël , faux éperlan
Famille des Atherinidés
Zone géographique: Manche, Méditerranée, Atlantique, eaux saumâtres

L’athérine est un petit poisson allongé, presque transparent, d’une teinte bleu-vert et brillant avec 2 nageoires dorsales séparées. Sa bouche est orientée vers le haut. On dit également qu’il a de grands yeux. La taille est de l’ordre de 5 cm à 20 cm au maximum. Il se nourrit de planctons, de larves, de petits mollusques.
On pourrait le confondre avec l’anchois ou l’éperlan.
Il vit en Manche, en Méditerranée, en Atlantique dans les ports mais également dans les estuaires et les étangs littoraux. Le frai se situe d’avril à juillet en eau douce ou saumâtre.

Techniques de pêche

Les athérines peuvent être pêchées à la ligne avec un petit flotteur, un bas de ligne en 8/100 et un hameçon de 18 (ligne pour le gardon).
les bouchées sont forcément de petites tailles: morceau de sardine, de ver, de moule, de crevette décortiquée. La néréide reste un appât de choix. La période de pêche est de mai à novembre le long de la côte atlantique et manche- tout le temps en Méditerranée.

800px-Atherina_boyeri.jpg
Atherina boyeri (Risso, 1810)

Baliste

Le baliste est un poisson connu également sous le nom de "bécune", arbalétrier ou cochon de mer, c’est un poisson des eaux tropicales et habite les récifs coralliens.

Balistes capriscus (Gmelin, 1789)
Famille des Balistidés
Autres noms: bécune, arbalétrier, cochon de mer
Zone géographique: Méditerranée, Atlantique
Espèce au statut de conservation vulnérable(VU)

Le baliste pêché sur nos côtes peut atteindre 40 cm mais sa chair n’est pas comestible.
Il est pourvu d’un corps profilé en forme de torpille, de gros yeux et d’une mâchoire inférieure proéminente armée par une série impressionnante de petites dents pointues qui en font un excellent prédateur (coquillages et crustacés).
Sa peau est recouverte d’écailles rugueuses la bouche est petite par rapport au corps et à la taille de la tête. Son corps est brun jaunâtre, orné de lignes et motifs bleutés ses nageoires sont bleutées.
Le baliste vit sur des fonds rocheux à partir de dix-quinze mètres de profondeur en saison chaude. Il meurt en dessous d’une eau de 13-14 degrés
Le baliste gris, observé en Manche, vit le long des côtes africaines, méditerranéennes.

Des balistes observés jusqu’en Mer du Nord

Le baliste est un poisson que l’on rencontre communément en Méditerranée et pourtant des témoignages montrent que l’on peut aujourd’hui le rencontrer sur l’ensemble des côtes françaises.

"Des balistes, nous en voyons par bancs de 50 à 100 spécimens. Nous en pêchons régulièrement.
C’est excellent comme poisson. Il s’épluche comme une raie: faire une entaille sous l’ouïe, passer le doigt dans l’entaille et tirer sur la peau de toute ses forces.
Nous habitons le Morbihan et pêchons à Fort Bloqué (fort de Keragan) dans la commune de Plœmeur dans le Morbihan." - commentaire laissé sur le site en 2009 par vanlor.

"Des pêcheurs du Nord-Pas-de-Calais ont également ramené dans leurs filets des balistes, poissons devenus plus fréquents sur nos côtes. Des balistes ont aussi été repérés jusqu’en Irlande, probablement à cause de la lente dérive septentrionale de larves dans les eaux de surface chaude et sursalée qu’elles affectionnent." - Karine Leroy - Paris-Normandie

Baliste - Aquarium d'Arcachon, 2017
Baliste, Aquarium d’Arcachon 2017

Bar et Loup de mer

Dicentrarchus labrax (Linné, 1758)
Famille des Moronidés
Autres noms: Bar franc, bar européen, Loubine, Louvine, Drenek, Sea Bass
Zone géographique: Méditerranée, Mer du Nord, Manche, Atlantique
Taille minimale à respecter
et réglementation particulière pour la pêche

Consulter un article complet
sur le Bar Commun

Bar-2016-Dieppe-Estran_cite_de_la_mer.jpg
Photographie prise à l’aquarium Estran, cité de la mer -Dieppe

Barracuda Européen

Sphyraena sphyraena (Linné, 1758)
Noms locaux : Brochet de mer, Bécune européenne
Famille des Sphyraenidésae
Zone géographique : Méditerranée

Le barracuda européen se rencontre le long des côtes méditerranéennes entre 0 et 100 mètres de profondeur.
Il mesure 40 à 50 cm de long mais il pourrait atteindre une taille maximale de 1,65 m pour un poids de 3,6 kg (infos fishbase).
Le barracuda présente un corps profilé en forme de torpille qui leur permet d’atteindre de fortes pointes de vitesse, des gros yeux, une mâchoire inférieure proéminente et de fortes dents disposées en lame de scie. C’est un redoutable prédateur.
D’autres espèces de barracudas vivent en Méditerranée comme le Sphyraena flavicauda aussi nommé queue jaune.
Le grand barracuda, Sphyraena barracuda, peut mesurer plus de 2 mètres et peser plus de 40 kg, est un poisson des mers tropicales et subtropicales.

800px-Barracuda3.jpg
Sphyraena sphyraena

Cernier ou Mérou gris

Polyprion americanus (Bloch et Schneider, 1801)
Autres noms: Mérou gris, Cabot, Vieille de bois
Famille des Polyprionidés
Zone géographique: Atlantique et Méditerranée
Espèce quasi-menacée (NT Liste rouge européenne de l’UICN 2015 )

Le cernier adulte vit sur les fonds rocheux du large ou de corail, entre 40 et 400 m, mais également sur les épaves de l’Atlantique et de Méditerranée. On ne le trouve pas en Mer du Nord.
Il se nourrit de poissons de belles tailles, mais aussi de crustacés ainsi que de mollusques.
Le Cernier est d’une teinte gris-noir violacée, du côté de la bouche il présente un menton saillant. Sa taille maximale est de 2 mètres pour un poids pouvant atteindre les 50 à 70 kg.
Les adultes sont solitaires et vivent en profondeur. Les jeunes se retrouvent souvent sous des objets flottants en surface et sous des pontons, son surnom de vieille des bois vient sans doute de cette particularité.
Le cernier est hermaphrodite. Ainsi lorsqu’il atteint sa maturité celui-ci est femelle, il devient mâle en vieillissant.
La taille biologique, celle pour laquelle les cerniers communs se sont reproduits, est de 90 cm.
C’est un poisson d’eau profonde qui est menacé par la surpêche car sa chair est très estimée.

Cernier, aquarium de Maréis, 2012
Cernier, aquarium de Maréis, 2012
Cernier, aquarium de Maréis, 2012
Cernier, aquarium de Maréis, 2012

Dorade royale et dorade grise

Sparus aurata et Spondyliosoma cantharus (Linné, 1758)
Famille des sparidés
Zone géographique : Méditerranée, Manche, Atlantique

Consulter un article complet sur
la Royale et la grise

Daurade - Les  Saintes-Maries-de-la-Mer, 2011
Daurade - Les Saintes-Maries-de-la-Mer, 2011

Flétan de 203kg

Hippoglossus hippoglossus (Linné, 1758)
Autres noms : colin noir, merluche
Famille des Pleuronectidés
Zone géographique: Mer du Nord, manche, Atlantique
Espèce en danger

Le poisson, pêché par un chalutier, vaudrait près de 2 300 euros et pourrait nourrir près de 500 personnes. Si un flétan moyen pèse environ 1,9 kg, c’est près de 100 fois moins que ce géant pêché dernièrement. L’animal a été vendu sur un marché à un poissonnier local. " C’est un monstre. C’est le plus grand que j’ai jamais vu depuis que je travaille ici", s’étonne l’homme chargé de le préparer.
D’après les spécialistes, le poisson a dû grandir de la sorte en évitant les filets de pêche pendant longtemps. Si le flétan mange principalement d’autres poissons comme la morue et le hareng, son taux de croissance varie notamment en fonction de la disponibilité de la nourriture présente dans son environnement.

Flétan de 203 kg - photo Zigounet
Flétan de 203 kg - photo Zigounet

Le hareng et les bancs de poissons

Clupea harengus (Linné, 1758)
Famille des Clupeidés
Zone géographique : Mer du Nord, Manche, Atlantique

Consulter un article complet sur le hareng

800px-Clupea_harengus.jpg
Clupea harengus

Le Lieu Jaune

Pollachius pollachius (Linné, 1758)
Autres noms: Merlu, merluche, colin, pollack
Famille des Gadidés
Zone géographique: Atlantique, Manche, Mer du Nord

Consulter un article complet sur
le lieu jaune ainsi que le record de France 2009

Photographie prise à l'aquarium Estran, la cité de la mer - Dieppe
Lieu jaune, photographie prise à l’aquarium Estran, la cité de la mer - Dieppe

Lieu noir ou Colin

Pollachius virens (Linné, 1758)
Autres noms : colin noir, merluche
Famille des Gadidés
Zone géographique: Mer du Nord, manche, Atlantique

Le lieu noir est un poisson que l’on rencontre communément en Atlantique Nord. Il vit en bancs en pleine eau ou près du fond, dans une zone allant de la côte à 200 mètres de profondeur.
Ce poisson est souvent appelé Colin, son nom commercial. A noter que le terme de Colin se réfère à divers poissons sur les étals comme le merlu, le colin d’Alaska et le lieu jaune.
Le lieu noir est un poisson à la mâchoire inférieure proéminente et au ventre argenté. La ligne latérale est bien marquée, blanchâtre et droite.
Si les jeunes présentent un petit barbillon sous le menton, celui-ci disparaît une fois adulte. A l’age de cinq ans, il mesure dans les 50 cm et vit une trentaine d’années. Il peut alors atteindre 1,3 m.
Le frai se produit de décembre à mars selon la région dans une profondeur de 100 et 200 m et dans des zones rocheuses. La femelle peut pondre jusqu’à 4 000 000 d’œufs. Dès que les larves atteignent quelques centimètres, ceux-ci rejoignent les eaux côtières. Ils y resteront deux bonnes années.

Pêche du bord 

Autrefois abondant, le lieu noir pouvait être pêché au surf-casting sur la plage d’Étretat en Normandie en mars-avril (une information à valider).

800px-Pollachius_virens.jpg
Pollachius virens

Maquereau

Scomber scombrus (Linné, 1758)
Famille des Scombridés
Autres noms: maquereau bleu, maquereau commun
Zone géographique: Méditerranée, Mer du Nord, Manche, Atlantique

Le maquereau vit en pleine eau, en bancs de plusieurs centaines d’individus dans les mer du Nord, la Manche l’Atlantique et la Méditerranée. On peut le rencontrer entre 0 et 250 m de profondeur.
Poisson migrateur, il vit l’été dans des eaux froides avant de repartir vers des eaux plus chaudes en automne.
C’est un poisson au corps fuselé. Son dos est bleu-vert, zébré de raies noires, tandis que le ventre est d’un blanc argenté.
Le maquereau mesure en moyenne entre 30 et 40 cm et dépasse rarement la taille de 50 cm pour un poids de 500 g à 1 kg.
Ce poisson se nourrit essentiellement de zooplancton. il chasse les poissons de petite taille comme les sardines ou les anchois, ainsi que de mollusques et petits crustacés pendant la période de fraie.
La reproduction est sexuée en juin et juillet dans la Manche et la Mer du Nord.

Technique de pêche

Le maquereau fait l’objet d’une pêche industrielle intense mais son statut de préservation est classé mineur (LC). Le maquerau se pêche à la mitraillette à partir des jetées et des embarcations. D’autres techniques comme le Jigging donnent d’excellent résultat.

Maquereau, 2003
Maquereau, Banyuls-sur-Mer 2003

Merlan

Merlangius merlangus (Linné, 1758)
Autres noms: Whiting (en anglais)
Famille des Gadidés
Zone géographique : Atlantique, manche, Mer du Nord, absent en Méditerranée
Statut de conservation: préoccupation mineure (LC)

Consulter un article complet sur le merlan

800px-Merlangius_merlangus.jpg
Merlangius merlangus

Morue ou Cabillaud

Gadus morhua (Linné, 1758)
Autres noms: morue commune, cabillaud
Famille des Gadidés
Zone géographique : Atlantique-Nord, Manche, Mer du Nord
Statut de conservation: vulnérable (VU)

Poisson de la famille des Galidés, connu aussi sous le nom de Cabillaud. Sa taille varie entre 50 et 90 cm. Absent de la Méditerranée, il vit dans les eaux froides.

Consulter un article complet sur la morue

Morue, Maréis à Étaples  2012
Morue, Maréis à Étaples 2012

La Motelle parfois appelé Loche de mer

Ciliata mustela (Linné, 1758)
Famille : Gadidés
Noms locaux : Nounch, cinq barbes
Zone géographique: Atlantique Nord-Est, Manche et Mer du Nord

La motelle a un corps allongé, de couleur plus ou moins brune. D’une longueur de 15 à 35 cm, la motelle dispose d’un barbillon sous le menton et quatre autres sur le museau. La nageoire dorsale est longue et, curiosité présente un sillon creux en arrière de la tête qui lui sert d’organe sensoriel. Elle vit sur les fonds meubles ou rocheux jusqu’à une dizaine de mètres de profondeur et se nourrit de petits crustacés, mais également de vers et de gastéropodes et d’algues.
On la rencontre sur les côtes atlantiques européennes Manche et mer du Nord, dans les eaux dont la température est comprise entre 8 et 24°C.
La femelle pond quelques dizaines de milliers d’œufs à la fin de l’hiver. On la connait également comme loche de mer

Technique de pêche

La motelle, farouche et nocturne, se prend accidentellement au surfcasting et en hiver pendant la période de reproduction.

Motelle prise sur la plage de Leffrinckoucke, 2007
Motelle prise sur la plage de Leffrinckoucke, 2007

6 Mulets des côtes françaises

Liza ramada (Risso, 1810)
Mugil cephalus (Linné, 1758)
Liza aurata (Risso 1810)
Liza saliens (Risso, 1810)
Chelon labrosus (Risso 1827)
Oedalechilus labeo (Cuvier, 1829)
Famille des Mugilidés
Zone géographique : Mer du Nord, Manche, Atlantique, Méditerranée

Consulter un article complet sur
les 6 espèces de mulets
des côtes françaises.

Groupe de mulets, Grau-du-Roi 2014
Groupe de mulets, Grau-du-Roi 2014

Orphie ou aiguillette

Belone belone (Linné, 1761)
Famille des Belonidés
Autres nom: aiguillette, aiguille, aiguille de mer
Zone géographique: Méditerranée, Atlantique, Manche et mer du Nord
Consulter un article complet sur l’orphie
800px-Belone_belone.jpg
Belone belone

Poisson-Lapin sur nos côtes

L’inquiétante arrivée du poisson lapin près de nos côtes méditerranéennes, un article publié sur Nice-Matin le 7 décembre 2009.

Siganus luridus (Rüppell, 1829)
Autres noms: poisson lapin, sigan sombre
Famille des Siganidés
Taille : 20 cm
Zone géographique : Méditerranée

C’est l’une des (nombreuses) espèces dites invasives, qui étendent leur habitat en profitant du réchauffement climatique ou du développement des échanges intercontinentaux. Avec des conséquences plus ou moins néfastes pour les équilibres naturels des espaces nouvellement colonisés. Ainsi le poisson lapin (Siganus luridus), un herbivore apparu récemment près de nos côtes, serait à classer parmi les envahisseurs particulièrement redoutables. Tant son aptitude à se multiplier pourrait menacer les végétaux de notre littoral et notamment les précieux herbiers de posidonie.

Les prairies sous-marines en danger
Originaire des mers chaudes, ce poisson de couleur brune et d’une vingtaine de centimètres de long est muni d’épines dorsales le protégeant des prédateurs. Après la seconde guerre mondiale, il a traversé le canal de Suez. Il s’est alors répandu dans le bassin oriental de la Méditerranée où il a proliféré. 70 % des poissons fréquentant les côtes libanaises sont des Siganus luridus souligne à Nice le professeur Patrice Francour, du Laboratoire environnemental marin littoral de la faculté des Sciences. Lors de plongées dans les eaux turques, j’ai observé des bancs de 10 000 individus...

Jusqu’ici, le poisson lapin ne s’était pas aventuré en Méditerranée occidentale. Sans doute parce que la température de l’eau descendait trop bas en hiver - 13° - pour cette espèce d’origine tropicale explique Patrice Francour, qui prépare une publication scientifique sur le sujet. Toutefois, cette barrière thermique ne semble plus opérante. En juillet 2007, un Siganus luridus fut ainsi découvert dans les filets d’un pêcheur de Carry-le-Rouet, près de Marseille. Deux explications sont avancées : La température chute toujours à 13° mais sur une période plus courte. Et puis, de l’eau chaude est drainée de l’est vers l’ouest de la Méditerranée, à la suite d’une modification des courants, vraisemblablement engendrée par une élévation du mercure en Europe orientale .

Bref, les conditions seraient réunies pour favoriser l’installation sur nos côtes du poisson lapin. Celui-ci va jeter son dévolu sur les algues brunes (cystoseires) et surtout sur les herbiers de posidonies. Au point de mettre en péril ces prairies sous-marines servant de réservoirs de biodiversité, d’amortisseurs de houle et donc de protection contre l’érosion des rivages ? Toute la question est là.

Jean-Paul Fronzes - Monaco-Matin

Siganus luridus - photo Fishbase
Siganus luridus - photographie Fishbase
Siganus luridus - photographie Fishbase
Siganus luridus - photographie Fishbase

Les poissons plats des plages et des estuaires

Solea solea (Linné, 1758)
Famille des Soleidés
Pleuronectes platessa (Linné, 1758)
Platichthys flesus (Linné, 1758)
Limanda limanda (Linné, 1758)
Famille des Pleuronectidés

Consulter le dossier poissons plats

Carrelet - Nausicaa à Boulogne-sur-Mer, 2007
Carrelet - Nausicaa à Boulogne-sur-Mer, 2007

La raie bouclée

Raja clavata (Linné, 1758)
Autres noms: raie grise
Famille des Rajidés
Zone géographique : Mer du Nord, Manche, Atlantique, Méditerranée
Statut de conservation: quasi menacé (NT)

La raie bouclée vit sur tous types de fond, de la côte jusqu’à 400 m de profondeur souvent enfouie dans le sable.
C’est une espèce commune en Mer du Nord et dans l’Atlantique nord-est, on la trouve également en Méditerranée.
Ce poisson a la forme d’un losange plat dont le dos, d’une teinte brune parfois grisâtre, se trouve parsemé de taches sombres et jaunâtres.
La raie bouclée présente une queue colorée de zones transversales alternativement sombres et claires, ce qui lui donne un aspect annelé.
La taille commune oscille entre 40 et 90 cm, elle peut dépasser le mètre. Elle se nourrit de petits poissons, de coquillages et de crustacés.
la reproduction se produit au printemps dans des eaux peu profondes. les œufs ont l’allure de coques cornées rectangulaires d’une taille d’environ 5 cm. On ne le sait pas toujours mais on retrouve ces enveloppes sur nos plages durant toute l’année. Chaque embryon est enfermé dans une capsule qui, après l’éclosion, s’échoue généralement sur la laisse de mer.

Raie bouclé, aquarium de Maréis à- Etaples, 2012
Raie bouclée, aquarium de Maréis à- Etaples, 2012
Ponte de raies, Estran Cité de la mer 2016
Ponte de raies, Estran Cité de la mer 2016

Requin

Requin Griset un poisson des grandes profondeurs de la Méditerranée

Hexanchus griseus (Bonnaterre, 1788)
Autres noms: requin à maquereaux
Famille des Hexanchidés
Zone géographique : Méditerranée
Statut de conservation: quasi menacé (NT)

Le requin griset peut atteindre 4,82 m de long pour les plus grands rencontrés. Il possède 6 paires de fentes branchiales, des petits yeux verts fluorescent et une seule nageoire dorsale. Le requin griset vit généralement dans les profondeurs des océans tempérés et tropicaux.
Le détroit de Messine (Italien: Stretto di Messina; Sicilien: Strittu di Missina) est un détroit en mer Méditerranée qui sépare la péninsule italienne de l’île de Sicile. Il relie la mer Ionienne au sud à la mer Tyrrhénienne au nord. Sa plus petite largeur est de 3,3 km. Les courants sont violents par endroit.

By Operation Deep Scope 2005 Expedition: NOAA Office of Ocean Exploration; Harbor Branch Oceanographic Institution (http://www.photolib.noaa.gov/htmls/expl0449.htm) Public domain, via Wikimedia Commons
Hexanchus_griseus

Monaco - Un monstre des grands fonds pêché à Beaulieu
Dans l’obscurité des grandes profondeurs de la Méditerranée, d’impressionnantes créatures rôdent. Là, par 1 200 mètres de fond, les requins grisets Hexanchus griseus règnent en maître. Leur féroce appétit les conduit sur les appâts des palangres posées par les pêcheurs professionnels de Beaulieu-sur-Mer.

Jean-Marc Magliona traque professionnellement ces requins grisets. Il vient une nouvelle fois de réaliser un sacré coup de pêche en remontant, non sans peine, un énorme requin de 3,40 m de long pour un poids de 270 kg.
« Il m’a fallu une matinée afin de le hisser à la surface. Je n’en revenais pas de voir une telle bête accrochée à un des hameçons » témoigne-t-il.
Des yeux verts fluorescents
Cette prise reste exceptionnelle car il est rare que ces requins atteignent de telles dimensions. Le requin griset possède six paires de fentes branchiales, des grands yeux verts fluorescents et une seule nageoire dorsale.
Ce grand requin patibulaire est présent dans tous les océans tempérés et tropicaux de la planète bleue et fait partie des espèces menacées. Ce monstre, une fois découpé, terminera dans les assiettes des restaurants de la Côte d’Azur.

Eric Duliere - www.nicematin.com

Jean-Marc Magliona et sa bête de 270 kg, photographie nicematin.com
Jean-Marc Magliona et sa « bête » de 270 kg
pêchée à la palangre dans les profondeurs de Beaulieu-sur-Mer
photographie nicematin.com.

Le requin renard - Un requin de 4 m dans les filets

Alopias vulpinus (Bonnaterre, 1788)
Autres noms : renard de mer
Famille des Alopiidés
Zone géographique: Mer du Nord, Manche, Atlantique, Méditerranée
Espèce Vulnérable

Pêche rarissime ce matin sur les quais de Trouville-sur-Mer: un requin de 4m - Un article paru dans ouest-france.com le 14 mai 2010

Le bateau le Gros Loulou a ramené dans ses filets un requin de 4,10 m accusant quelque 200 kg sur la balance. Le molosse a été pêché au large du Havre, en direction de Fécamp.
Il n’est pas rare de voir des requins d’1,50 m dans les eaux du coin, mais de cette taille-là c’est assez exceptionnel , commente Guy Perchey, père d’Arnaud, qui a ramené la bête à son bord avant de repartir en mer. Le requin a été vendu à un exportateur italien de Saint-Vaast-la-Hougue dans la Manche. D’après les pêcheurs, il s’agirait d’un requin renard, un squale possédant une longue queue.

Le Requin-renard commun représente peu de danger pour les humains, cette espèce ne s’approchant que rarement des côtes.
requin de 4m - photo ouest-france.com
Requin de 4 m - photo ouest-france.com

Tacaud

Le tacaud vit dans les zones côtières de la Manche et de l’Atlantique, appréciant les fonds rocheux et les fonds pierreux. Il appartient à la famille des gadidés comme la morue et le merlan.

Trisopterus luscus (Linné, 1758)
Autres noms: plouse, gode,
Famille des Gadidés
Zone géographique: Mer du Nord, Manche et Atlantique
800px-Trisopterus_luscus.JPG
Trisopterus luscus

Les tacauds vivent en colonie à proximité des épaves et des roches couvertes d’algues et à proximité du sable. Ils sont essentiellement actifs la nuit et sur le fond. Ils se nourrissent d’alevins, d’invertébrés, de mollusques, de crustacés, voire de chair de poisson.
Le tacaud se présente sous la forme d’un losange avec 3 nageoires dorsales et se distingue par la présence d’un long barbillon au menton.
Ce poisson est d’une couleur brun clair, blanc sous les flancs. A remarquer qu’il peut être confondu avec le jeune merlan ou le lieu jaune. La taille commune avoisine les 15 à 30 cm et peut atteindre 45 cm pour 2 kg.
La reproduction se situe au printemps, entre mars et avril, près des côtes. La femelle pond jusqu’à 400 000 œufs, les jeunes tacauds vivent alors en bancs dans les zones portuaires où ils trouvent une nourriture facile notamment autour des ports de pêche. Sa taille de maturité sexuelle est de 25 cm.
Ce poisson une fois adulte rejoint les épaves et les zones rocheuses à plus de 10 mètres de profondeur.

Technique de pêche

Les tacauds se pêchent au leurre, à soutenir, au surfcasting, à la ligne flottante exactement comme le merlan avec une ligne à clipots (hameçons numéro 2 à 4).
On dit également que c’est un pare bredouille. il mord à tout, le ver et le morceau de poisson sont cependant les esches sur lesquelles il mord le mieux. Le seul ennui avec ce poisson est le vrillage des empiles qu’il réalise une fois piqué et accroché à l’hameçon. Le tacaud, surtout lorsqu’il est petit, tourne comme une hélice.
Appâts: arénicoles, gueulins de maquereau, crevettes crues ou cuites, encornets.
Période de pêche : de mai à octobre
Cuisine: Chair moyenne, à consommer très frais. Vider le poisson le plus tôt possible.

Tacaud - Cité de la mer Dieppe, 2016
Tacaud - Cité de la mer Dieppe, 2016

Vieille Commune ou mérou breton

Labrus bergylta (Ascanius, 1767)
Autres noms: carpe de mer, coquette, demoiselle, mérou breton
Famille des Labridés
Zone géographique : Atlantique, manche, Mer du Nord

La vieille commune est présente sur tout le littoral et aime les fonds rocheux. On dit que sa région de prédilection reste la Bretagne.
Elle vit en groupe et demeure commune dans les rochers, les herbiers et les récifs avec au moins 20 m de profondeur. Elle trouve aussi son compte dans les épaves.
Ce poisson présente une robe riche en couleurs vives. La bouche est garnie de dents coupantes et de dents pharyngiennes qui lui permettent de broyer les coquilles et les carapaces de crustacés.
La vieille commune mesure entre 20 et 45 cm pour une taille maximale de 50 à 60 cm.
La reproduction a lieu entre mai et juillet.

Technique de pêche

Pêche à la palangrotte, à soutenir au dessus des épaves, le long des roches le long de la côte.
Esche : moule, crabe, arénicole. Un montage à potence, monté en 30/100 et armé d’un hameçon n°2, demeure une bonne base pour la pêcher.
La vieille n’a pas une bonne réputation aussi est-elle peu recherchée car sa chair est molle, pleine d’arêtes.
On peut la pêcher toute l’année.

800px-Labrus_bergylta.jpg
Labrus bergylta

La Petite Vive enfouie dans le sable

Echiichthys vipera (Cuvier, 1829)
Famille des Trachinidés
Zone géographique: Atlantique, Manche et mer du Nord

La Petite Vive vit le long des plages isolées et à de faibles profondeurs. Elle reste enfouie dans le sable pour surprendre ses proies.
Elle est souvent responsable de blessures en saison chaude et son venin est assez dangereux pour l’homme, la manipuler avec précaution!
La vive a un corps allongé et comprimé latéralement, sa bouche est fortement inclinée vers le haut et les yeux sont placés sur le dessus de la tête et mesure entre 15 et 25 centimètres.

Technique de pêche
Elle se pêche du bord au lancer-ramener avec un petit leurre type cuiller ou poisson-nageur. La récupération doit être très très lente, très tôt le matin ou en fin de journée. L’attaque est brusque. Les morceaux de sardine donnent également de bons résultats. Les plus belles pêches se font en août et septembre.
La petite vive se fait accidentellement prendre à la ligne de surfcasting en été mais n’a aucun intérêt pour la cuisine.

http://www.fishbase.de/photos/UploadedBy.php?autoctr=4639&win=uploaded
Echiichthys vipera, photo fishbase.de
Petite vive, 2003
Petite vive, 2003
Petites vives capturées sur la digue du Braek, 2003
Petites vives capturées sur la digue du Braek, 2003

Les façades maritimes françaises

La Façade maritime Atlantique - Manche - Mer du Nord
La Manche commence sur une ligne imaginaire reliant la pointe de Corsen à Plouarzel (Finistère) aux Iles Scilly en Cornouailles. Le passage en Mer du Nord se site entre Calais et Douvres.
La façade maritime méditerranéenne
Le domaine démarre de Cerbère dans le Roussillon à l’ouest et se termine à Menton. La Corse apporte également sa variété de poissons.

Ajouter un commentaire




Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.