Le bouchon coulissant de 5 à 15 grammes

Le flotteur utilisé est coulissant, il peut être spécifique à la bolognaise, leur sensibilité est parfaite dans les eaux calmes des ports. Il peut également être un flotteur coulissant spécifique aux carnassiers et à la mer, également nommé bouchon coulissant ou bouchon glisseur. Celui-ci présente un ensemble antenne-corps-queue soudé, la queue est creuse et permet d’y enfiler le nylon du moulinet. Le plus classique présente une antenne qui se termine par une petite boule rouge bien visible.

On choisira des bouchons dont la portance n’excédera pas les 15 grammes.

Ce type de pêche s’effectue avec une canne équipée d’un moulinet. On retrouve ici la classique canne à truite pour étang de 3 mètres de longueur mais également les cannes de bord de mer légères et les cannes à lancer mesurant également dans les 2,70~3 mètres. En action de pêche, la canne est généralement tenue en main et le matériel se doit d’être le plus léger possible. Le moulinet est garni en 24 ou 28/100.
Une épuisette est également indispensable pour sortir le poisson hors de l’eau.

Les poissons recherchés

Ce sont les mêmes que ceux que l’on peut prendre au coup ou à la pseudo bolo. Les petits poissons de roche comme les saupes, les sars, les bogues, les girelles, également les serrans, les oblades, les orphies et parfois le mulet.

Le montage du coulissant

Le principe du coulissant est celui-ci: l’appât sur son hameçon tombe au fond de l’eau emmené par la masse volumique du plomb olive plus grande que celle de l’eau. A ce moment là, le flotteur est encore à plat sur la surface de l’eau, stationnaire sur le coup. Le nylon glisse dans celui-ci pendant la descente du plomb. Pour régler la profondeur de pêche, il suffit d’ajouter un élément de blocage sur le nylon entre le scion de la canne et le bouchon. Cet élément bloquant peut être un stop-fil ou un nœud d’arrêt. Ainsi pour pêcher entre deux eaux, le pêcheur averti fixera un nœud d’arrêt à 1,50 m entre l’hameçon et le dessus du bouchon.

Montage bouchon coulissant
Le montage bouchon au coulissant

Le petit matériel à réunir est finalement quasi identique à celui utilisé pour la pseudo bolo, à savoir:

  • (1) Des stops-fils qui permettent de stopper le flotteur vers le haut de la ligne quand celle-ci se trouvera à l’eau. Le stop-fil permet de régler la profondeur de pêche;
  • (2) notre flotteur coulissant;
  • (3) quelques plombs olives (plombs oblongs percées) de 5 à 10 grammes, en fonction de la portance des flotteurs utilisés;
  • (4) quelques perles molles en caoutchouc pour protéger des à-coups provoqués par le plomb olive du bouchon sur le nœud de l’émerillon;
  • (5) des émerillons avec ou sans agrafe numéro 2. Cet accessoire permet d’assembler la ligne au bas de ligne, d’empêcher le bouchon et la plombée de glisser le long de ce dernier. L’émerillon à agrafe permet un changement rapide et simple du bas de ligne, pas de noeud à réaliser;
  • une bobine de nylon de préférence en fluorocarbone blanc, quasi invisible sous l’eau, en 16/100. Ce nylon servira à la réalisation de bas de ligne;
  • des hameçons forgés à palette N°10 à N°14.
Stop-float, Decathlon
Stop-float

Le montage débute par la mise en place de 1 ou 2 stop-fils, deux parce qu’ils ont une forte tendance à glisser. A noter que l’insertion d’un nœud d’arrêt peut être réalisé après coup.
Le flotteur glisseur, le plomb olive d’une masse égale à la portance de dernier et la perle de caoutchouc sont enfilés les uns après les autres sur le fil de pêche. Il reste à fixer la boucle de l’émerillon avec par exemple un nœud de Grinner.

Le bas de ligne peut être acheté tout-fait mais on peut également les monter soi-même. Ce n’est pas compliqué, leur réalisation demande un peu d’entraînement et de savoir-faire et de surcroît, c’est économique. Ce bas de ligne sera d’une longueur d’environ cinquante centimètres, une simple boucle d’un côté, pour le fixer à l’agrafe de l’émerillon, et de l’autre, un hameçon à palette N°10.

Action de pêche

Pour les pêches d’été, notamment le long de la Méditerranée, ce sont toujours les mêmes: vers coréens, dures et demi-dures, moules, petits morceaux de sardine, le pain et dérivés.

Deux principes de pêche peuvent être retenus, une pêche au coup où l’on amorce pour attirer le poisson vers notre bel appât ou une pêche à roder.
La pêche à roder, c’est de rechercher le poisson, à vue ou pas. Il ne s’agit donc pas d’une pêche statique. Notre cible est de trouver un beau rocher accessible depuis le bord. Un rocher est un véritable monde à lui tout seul. Et si la prospection doit s’effectuer autour, il faut aussi le faire à différentes profondeurs. Une simple balade avec un masque et vous en serez persuadé.
Lorsque l’on pense en avoir fait le tour, on cherche un nouveau poste. Ne pas hésiter à bouger si vous ne prenez rien au bout de quinze minutes. L’hameçon est vite "nettoyé" par les petits poissons comme les Joels: c’est d’ailleurs une véritable plaie pour qui cherche un beau poisson, il faut faire avec.
Après le lancer, laissez l’hameçon descendre. Le flotteur est alors bien vertical à la surface de l’eau.
Les départs sont toujours francs et nerveux et le ferrage doit être immédiat, ni trop brutal, ni trop mou.
Les oblades, saupes et sars se battent avec force au bout de la ligne. Un vrai plaisir mais n’abusez pas de votre supériorité.

Bilan - Un montage à connaître

Le montage coulissant est quasi-universel, utilisé en pêche d’eau douce comme celle du brochet par exemple, en mer, partout où pêcher à fond n’est pas possible où lorsque l’on recherche des poissons évoluant en surface ou entre deux-eaux. En variant la taille des flotteurs, les bars, loups et daurades se font prendre. s’il y avait deux montages à connaître, le flotteur coulissant en ferait partie.

Pêche au coulissant sur les pontons
Pêche au coulissant sur les pontons, Ouistreham 2018

Vers un meilleurs déploiement

Le montage décrit ci-après a été publié en août 2003 dans l’excellente revue “Pêche en mer”, il a pour avantage d’éviter les emmêlements lors des lancers et le collage de l’appât sur le bouchon. Cette technique se révèle terriblement efficace dès lors où il est nécessaire de lancer loin et donc d’utiliser des bouchons beaucoup plus lourd, disons à partir de 15 grammes.
Le montage est constitué de trois sections:

  • le corps de ligne avec le flotteur coulissant,
  • une section entre deux émerillons qui supporte la plombée,
  • et le bas de ligne.

La section qui emprisonne l’olivette doit être impérativement plus longue que le bas de ligne. Au moment du lancer, le dispositif se déploie correctement et évite les collages des esches sur le flotteur et les emmêlement du bas de ligne. Avant que le montage ne touche l’eau, il est bien de penser à bloquer la ligne de la main afin de bien positionner les éléments quand il entreront au contact de l’eau.
Lorsque je m’étais rendu à Port-Vendres il y a déjà quelques années, quelques pêcheurs et moi-même utilisions ce montage avec succès du côté du sémaphore métallique en quête d’aiguilles (orphies).

Coulissant en 2 morceaux pour un meilleur déploiement
Coulissant en 2 morceaux pour un meilleur déploiement
Chapitre 2 - La pêche à la pseudo Bolognaise Chapitre 4 - Pêcher la nuit au flotteur lumineux

Vous aimerez également


Vous aussi, partagez vos astuces et vos expériences sur le flotteur coulissant en me laissant un commentaire