Aller au contenu
Accueil - Pêche en étang - Poissons d'eau douce - L’Esturgeon

L’Esturgeon

L’Esturgeon d’Europe est une espèce de poissons de la famille des Acipenseridés. Il s’agit du plus grand poisson migrateur anadrome de France.

Acipenser sturio (Linné, 1758)
En danger critique d’extinction.

Description

Le corps, allongé, est recouvert de 5 rangées longitudinales de plaques osseuses (scutelles), le squelette n’est que partiellement ossifié.

Le dos est gris cendré à gris brun avec des reflets verts, le ventre est jaunâtre avec des reflets argentés. Le museau est pointu, la bouche infère se présente comme un tube protractile, elle est précédée de 4 barbillons. La nageoire caudale est hétérocerque.
Taille : jusqu’à 3,5 m. (mâles plus grands que les femelles)
Poids : 2,5 kg à 170 kg.

Esturgeon
Esturgeon

Biologie

L’esturgeon est un poisson amphihalin (1) potamotoque (2) qui fréquente les eaux littorales.

La reproduction a lieu de mai à juillet dans le cours moyen des fleuves sur fond de graviers. Les adultes qui vivent dans les eaux littorales commencent à remonter les fleuves en avril. Les œufs (10000/kg de femelle) incubent durant 3 à 7 jours selon la température de l’eau.
Les juvéniles vivent en estuaire et en mer.

(1) qui peut vivre dans des eaux douces ou salées.
(2)  qui remontent les fleuves.

Origine et habitat

Dans le bassin de la Seine, jusqu’en 1864 l’esturgeon remontait l’Yonne jusqu’à Auxerre (Poplin 1952). Boisset (1948) relate la capture d’un individu de 140 kg à Mantes la Jolie en 1856. En 1881, on en pêche encore quelques-uns en amont de Sens (Moreau 1881). En 1897, 2 à 3 esturgeons par an sont capturés à Elbeuf en Seine Maritime (Gadeau de Kerville 1897).
D’après Magnin l’espèce a fréquenté la Seine jusqu’en 1917.

Jusqu’à la moitié du XIXème siècle, l’esturgeon fréquente assez régulièrement le bassin de la Loire jusqu’à Orléans (Blanchard 1866 et Magnin 1962). A partir de 1860 les captures deviennent rares (Soland 1869).
Gervais (1897) signale encore quelques prises dans la Loire et Dubois (1903) indique que la dernière capture dans le Cher date de 1873.
Il aurait complètement disparu vers 1940 (Darlet et Prioux 1950 et Roy 1952).

De nos jours, l’Esturgeon n’est plus présent que dans le bassin Garonne-Dordogne.
Jusqu’à la moitié du 20ème siècle il était pêché régulièrement dans le bassin de la Garonne et de l’Adour et permettait une certaine production de Caviar (Moreau 1881 , Roule 1904, 1922 , Vibert 1945).
En 1948, Boisset signale 300 tonnes par an sur la Garonne. Et puis les prises diminuent régulièrement jusqu’à l’interdiction totale de pêche de 1982.

Sa migration de reproduction s’arrête actuellement au niveau de Golfech sur la Garonne et de Bergerac sur la Dordogne (Rochard et Al 1990).
Dans le bassin du Rhône l’esturgeon fréquentait la Saône et le Doubs (Vallot 1837 , Blanchard 1866 , Moreau 1881) d’où il semble disparaître au début du XXème siècle (Gensoul 1908).

A partir de 1850 l’esturgeon ne remonte plus au delà de Montélimar (Grègoire 1983). En 1870, prés de 500 individus sont pêchés entre Avignon et Beaucaire, 10 en 1900 et seulement 3 en 1923 (Roule 1904).
Kiener (1968, 1985) signale un individu prés de Tarascon en 1945, un individu prés d’Avignon en 1955, une capture en 1967 dans l’étang de Vaccarès et une en 1969 dans l’étang de Mauguio.

L’esturgeon remontait jadis la Meuse jusqu’en 1921, la Moselle jusqu’à Metz (Gehin 1868), le Rhin jusqu’à Bâle (Gervais 1897 , Magnin 1959, 1962) d’où il semble avoir disparu à partir de 1917.

Technique de pêche

De nombreux plans d’eau privés, en no-kill obligatoire, introduisent ce poisson afin de proposer aux pêcheurs un poisson de sport qui n’hésite pas à exécuter des sauts hors de l’eau et procure un combat sans pareil.. On pêche l’esturgeon comme la carpe.
Appâts: pellets ou micro-bouillettes à base d’huile de poisson, ver de terre.

Esturgeon, 2010 étang de Wambrechies (Nord)
Esturgeon, 2010 étang de Wambrechies (Nord)

Vulnérabilité

Espèce très menacée, la pêche et la vente sont interdites en France par l’arrêté interministériel du 25 janvier 1982. Il fait depuis 2007, en France, l’objet d’un plan de réintroductions d’alevins.

Vous aimerez également

Les poissons d’étang
Sans plus tarder, voici un petit inventaire des poissons d’étang : gardon, perche, brochet, carpe, truite,…
Brème, 2007 - étang de Wambrechies

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le partager pour informer vos proches.

Publication initiale en 2009. Dernière mise à jour en 2010
Les paragraphes «description, biologie, origine et habitat» sont extraits du logiciel Fishing version 2.1
Cet article constitue un outil de documentation de loisirs et n’engage pas la responsabilité du site.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.