Les lancers de base pour la pêche en mer


Le lancer latéral

Le lancer latéral est une gestuelle simple à appréhender, presque naturelle. Les distances obtenues sont malheureusement les plus courtes et peu adaptées à la pratique du surfcasting. Le pêcheur l’exécute avec une simple canne de bord de mer, souvent courte, inférieure à 3 mètres, et dont le lest utilisé ne dépasse guère les 80 grammes. Il est généralement exécuté lors des pêches au leurre, à la bombette et avec des esches extrêmement fragiles et ne supportant pas les lancers en force.
C’est un lancer qui est utile lorsque l’on pêche à très courte distance.
Personnellement, j’utilise cette technique sur des pêches au pain du mulet, à la bombette, à la bulle d’eau, au bouchon coulissant méditerranéen.

Il est simple à réaliser: le pêcheur est dans un premier temps légèrement tourné de côté, vers la droite pour un droitier, en appui sur le pied gauche, la canne tenue à l’horizontale et pointant légèrement vers le haut (contrairement à l’illustration ci-dessous): le plomb ne repose pas sur le sable.
Le geste consiste à ramener tout en souplesse la canne d’arrière en avant en la levant avec une légère rotation du bassin. En fin de geste, le pêcheur se retrouve face à la mer.
A noter que si la distance est courte, la précision du lancer au contraire sera précise.

Le lancer vertical - illustration Atlas Pratique de la pêche - page 157
Le lancer vertical - illustration Atlas Pratique de la pêche - page 157

Le lancer à la belge ou par dessus la tête

Le lancer à la belge encore appelé lancer par dessus la tête est un lancer en force qui nécessite une puissante canne en relation avec le lest lancé et la force du pêcheur. C’est généralement la technique utilisée par les pêcheurs du bord sur les jetées et les plages.
Cette méthode "de levier" en force n’est applicable que pour les cannes classique d’une puissance de 150 à 250 grammes.
Décomposition du mouvement

Avant de d’exécuter le lancer, toujours vérifier que le nylon n’est pas enroulé autour du scion, au pire ce serait la casse
Vérifier que personne ne se trouve dans l’axe de passage de votre lest qui pèse tout de même près de 200 grammes.

Au départ du mouvement, le lest ne repose pas sur le sable. La bannière, c’est à dire la longueur comprise entre l’anneau de tête et le plomb, devra être courte, environ 1/3 de la longueur de la canne afin d’obtenir un travail optimal de celle-ci.

  1. Se présenter face à la mer, attendre que le montage soit immobile,
  2. Tenir la canne à l’horizontale au-dessus de la tête ou au-dessus de l’épaule.
  3. Simultanément amener la main gauche tenant le bout de canne vers la poitrine et pousser le bras droit vers l’avant (cas d’un droitier) .
    Il est important de donner un maximum d’amplitude (le parcours du plomb) et de puissance au lancer. C’est cette gestuelle qui constitue la limite matérielle et humaine de ce type de lancer.
  4. Lorsque la canne se trouve sur un angle de 45°, libérez le nylon en levant votre index droit.
  5. Maintenez la canne de votre bas droit et laisser le lest toucher le fond.
  6. Fermer le pick up du moulinet et rejoindre le bord.
    Mouliner pour tendre la ligne et fixer la canne au porte canne

Le frein doit être réglé pour permettre à une grosse prise de ne pas emmener à l’eau votre matériel tout en maintenant la bannière la plus tendue possible.

lancer belge - la canne un peu plus à l'horizontale serait mieux, 2003
Le lancer belge - la canne un peu plus à l’horizontale serait mieux, 2003
Ça va partir, 2003
Ça va partir, 2003

Pour illustrer cette technique de lancer moderne, voici un court extrait de l’excellent film "Lancer loin en surfcasting" avec Pascal Charoulet, film que je ne peux que conseiller d’acquérir.

Vidéo pêche : Lancer loin en surfcasting avec Pascal Charoulet

Réalisateur(s) : ERIC BEAUDUCEL
Acteur(s) : Peche, Pascal Charoulet
Genre : DOCUMENTAIRE / VIDEO
Support : VOD DVD

Avec Pascal Charoulet, vous allez découvrir différentes façons de lancer loin : belge, boulonnaise, plomb posé, sud africain, pendulaire, backcast... au tambour tournant ou au tambour fixe. Des ralentis, avec un lest parfaitement visualisable, vous permettront de mieux comprendre les gestuelles (positionnement des pieds, des épaules, des mains...). Des explications claires sur les cannes, moulinets et montages vous permettront d’optimiser vos lancers pour conquérir de nouvelles zones de pêche.

Lancer loin en surfcasting
Lancer loin en surfcasting avec Pascal Charoulet - Vidéo Pêche - Pêche en mer

Conseils pour améliorer les distances par Denis Mourizard

Youtube par Côt&Pêche TV Magazine
Dans cette vidéo, Denis Mourizard prodigue des conseils simples pour améliorer les distances de lancer avec son ami Antoine.

Transcription texte de la vidéo

DM - "...Vous savez qu’en cette période hivernale, il est évident que le poisson n’est plus là et que on a tous tendance un peu à s’ennuyer alors moi, ce que je vous propose, c’est de faire un peu de sport tout l’hiver, de vous entraîner à lancer pour gagner 10 ou 30 mètres et peut-être pourquoi pas, l’année prochaine, vous initier totalement à la technique du pendulaire qui permet de gagner jusqu’à 50 mètres en action de pêche. Alors aujourd’hui nous avons rejoint Antoine, un ami de pêche. Bonjour Antoine."
A - "Bonjour"
DM - "Antoine, mais comme nous tous, pratique le surf casting. Antoine lance à la belge et va contribuer à regarder un petit peu, tu m’excuseras, les plus grands défauts, les défauts majeurs que les pêcheurs ont du mal à corriger.
On abordera dans cette rubrique trois grands volets que sont premièrement la préparation du lancer, une phase capitale pour que tout le reste puisse se dérouler correctement. Deuxième phase la montée du plomb, parce que nous le verrons, la hauteur du plomb est très importante pour la distance et dernière phase le blocage du lancer.
Alors Antoine ce que je vais te proposer c’est de nous faire un certain nombre de lancers que l’on commentera, à chacun d’entre eux, moi, je prendrai également après la canne pour les corriger.
Alors vas-y ,tu vas nous faire un lancer, un premier lancer et puis on va commencer donc par le point départ donc l’amorce, la préparation."

Antoine effectue un premier lancer à la belge.

DM - "Voilà, alors le lancer qu’on vient de voir est en fait le lancer que pratiquent 99% des pêcheurs aujourd’hui en France. Il est très simple à réaliser et vous allez vous apercevoir qu’en corrigeant quelques toutes petites choses, on peut très facilement gagner 10 ou 15 mètres en action de pêche.
Donc la première chose, Antoine, c’est que, quand on se prépare à lancer, il faut être bien stable sur ses jambes et positionner ses bras. Donc là, je vais te donner deux conseils. Le premier, c’est de regarder là où tu vas lancer, une fois et seulement une fois que tes bras sont positionnés et que le plomb est stable derrière toi. Il ne faut surtout pas donner de balancier à ton plomb et à ton montage parce que tu vas perdre en énergie."

Denis Mourizard prend la canne et continue à donner ses conseils

"Alors si tu veux, je vais prendre la canne, deux petites secondes,... voilà. Reste à côté de moi.
On va considérer qu’on a une longueur de montage habituel. Ce qui fait qu’on va lancer loin, on le verra tout à l’heure, c’est la partie finale du lancer, donc le blocage."

La position des bras

"Et ce qui aident au blocage ce sont les bras.
Donc si on commence mal dès le départ on ne va pas pouvoir maîtriser la puissance de la canne. Donc le plus important, c’est d’avoir le bras gauche tendue vers devant de façon à pouvoir le tirer avec suffisamment de force."

Maintien de la canne et blocage
Maintien de la canne et blocage

La stabilité des pieds

"Tu vois que mes pieds, au lieu de bouger comme on l’a vu tout à l’heure, je mets tout simplement mes pieds stables, au sol, en face de mon objectif et je ne les bouge pas pour pouvoir transférer toute la puissance et avoir une assise maximum.
Je positionne le plomb derrière et quand je sent que mon plomb et bien stable,..."

Denis Mourizard effectue un lancer

"Je fais mon lancer. Tu vois, je n’ai pas bougé, je n’ai pas de déperdition de puissance et j’ai facilement gagné ici quinze ou vingt mètres. Donc la préparation du lancer pensez-y toujours.
Il ne faut pas partir dans tous les sens il faut rester bien stable au sol, il faut regarder où on va lancer et se concentrer uniquement sur le jeu mécanique du bras gauche et du bras droit ou du bras droit et du bras gauche pour les gauchers."

Ne pas regarder l’horizon

"La deuxième chose qui est très importante, c’est la hauteur du plomb. Si le plomb ne monte pas, donc si le plomb reste trop bas, il va forcément aller moins loin puisqu’il va être attiré par l’attraction terrestre inévitablement et vous perdez en distance et c’est l’erreur que font quasiment tous les pêcheurs aujourd’hui.
On corrige ce problème tout simplement par le regard. Il faut savoir que naturellement quand le lancer a démarré on ne contrôle pratiquement plus rien. Tu es d’accord avec çà ? Et mécaniquement les bras vont suivre là où le regard porte. Et que font la plupart des gens ? Ce que tu viens de nous faire là, c’est regarder l’horizon.
Il faut bien comprendre que si on regarde l’horizon, et bien le plomb on va le coucher, on ne va pas le faire monter. Donc le deuxième conseil qu’on va donner c’est de regarder en haut.
Alors je te donne la canne et tu essayes d’appliquer ce qu’on a vu tout à l’heure plus le regard porté haut. Tu présentes la canne derrière, voilà.
Alors là, tu vas me mettre le bras ici bien haut. Plus le bras va être haut, plus tu vas avoir de force pour accélérer. Ton bras droit, lui il va pousser, il va pousser là où les yeux regardent c’est à dire là-haut. Il ne faut pas regarder l’horizon et même si tu penses que l’horizon c’est la hauteur..."
A - " je comprends..."
DM - "Il faut penser qu’il y a 100 m de distance, ou 120 ou 130 m, donc il faut bien regarder en haut et tu me pousses le plomb là haut."

Antoine effectue le lancer

"Voilà. Alors là tu vois la hauteur de ton plomb. Cette erreur du regard tout le monde l’a faite et sans forcément en être conscient. Quand on a gagné quelques mètres juste en regardant en haut, ça motive, ça donne envie, enfin je suppose pour vous, en tout cas d’aller plus loin et c’est justement ce qu’on va faire maintenant avec la partie terminale d’un lancer qui est valable pour tous les lancers qu’on va voir aujourd’hui et que vous serez amenés à pratiquer c’est à dire la conclusion, la partie finale.
La conclusion d’un lancer c’est le blocage Antoine. Alors le blocage qu’est ce que ça veut dire? Ça veut dire toute la puissance que tu as accumulée dans la canne, il va falloir la restituer dans le plomb.
Je te prend un exemple tout bête, imaginons que tu coupes du bois avec une hache. La hache, tu la serres très fort dans tes mains et au moment du choc, tu ne relâches pas la pression. Si on relâche la pression à ce moment là, toute la puissance, l’énergie elle te revient dans les bras et on se ferait mal. Alors évidemment là ce n’est qu’une canne à pêche, on ne va pas se faire mal. Maintenant beaucoup de gens tirent et relâchent cette pression ce qui fait que l’énergie leur revient dans les bras, dans le corps, dans le dos au lieu de repartir dans la canne.
Donc ce que je te propose c’est de claquer la canne avec les bras bien fermes, de venir taper le talon violemment et de garder vraiment les mains serrées. Ok?"
A - "ok"

DM - "Poses ton plomb, tends ton bras gauche un peu en haut comme on a vu tout à l’heure, voilà.
Tu regardes en haut.
Tu tires et tu pousses...clac, voilà!
Alors c’est pas mal, ce qu’on pourrait dire c’est que dans la fin du geste, tu t’es un petit peu rabaissé, d’accord, c’est à dire que la canne tu l’as rabaissée, penses toujours que le plomb il faut l’envoyer en haut, donc il faut lever les bras pour terminer.
Si tu veux je vais ramener et puis on va regarder ça ensemble."

Denis Mourizard ramène le plomb

"Voilà ,alors, comme on la dit tout à l’heure les pieds viennent en face, je vais caler mon plomb derrière moi, mes bras bien tendus, je regarde en haut..."

Denis Mourizard effectue le lancer.

"...et je termine la canne bien en haut et tu vois que j’ai ramené mon talon ici.
Je n’ai absolument pas forcé. Dans tous les lancers, il faut bien comprendre que ce n’est pas en forçant comme un bourrin qu’on va aller plus loin. Il vaut mieux maîtriser la puissance qu’on a dans la canne en effectuant un lancer bien réalisé, on ira toujours beaucoup plus loin qu’en forçant comme un âne.

Position initiale et fin de lancer avec blocage.
Position initiale et fin de lancer avec blocage.

Alors maintenant qu’on a vu ces bases techniques, ce que je te propose c’est de te faire une première initiation au lancer sud africain."

"Le lancer sud africain, c’est un lancer qui permet d’obtenir une ouverture, une amplitude de gestes. Tu vois que là, la canne ne fait que, en gros, 45° de travail, avec le sud africain on va doubler cette amplitude de travail pour une chose toute simple, c’est augmenter la charge de puissance qu’on va avoir dans la canne.
Donc là je vais te montrer tout simplement comment on fait. Mets toi derrière moi.
Le principe est de poser le plomb derrière toi, ta canne, elle va partir le scion en bas et tu va terminer ici. Tu as presque les trois quarts d’une rotation. Evidemment, comme tu as une durée de charge de la canne plus importante et bien tu vas avoir plus de puissance.
Le principe reste le même. La canne et calée, tu regardes en haut...paf..."

Denis Mourizard réalise le lancer africain

"...Et sans forcer, j’ai plus de puissance dans la canne. Je gagne de la distance. Tu veux essayer?
A -" oui"
DM - "Vous aussi, vous essayez!
On met la bannière pour commencer un petit peu plus longue, surtout quand on débute.
Je te donne la canne.
Au niveau des pieds, contrairement à tout à l’heure, on ne les met pas en face. On va les mettre en face de la plage, dans l’allongement de la plage.
Tu vas mettre ton plomb loin derrière, très bien. Je vais passer derrière toi.
Maintenant tu regardes. Première chose, tu regardes où tu vas lancer. Comme on dit là-bas, tout à l’heure, là-bas, là-haut tout en haut .
Tu baisses le scion.
Tu vas tendre tes bras. Tends les, les bras! ... et puis tu vas faire une rotation et tu lances.
Premier lancer comme ça à froid. Go..."

Antoine effectue le lancer

DM - "...Alors qu’est ce que tu as senti? "
A - "Un peu plus de puissance, je suis parti à droite. "
DM - "C’est dur?"
A - "Oui c’est dur."
DM - "Evidemment la première fois vous allez faire un plomb posé, qu’est ce que vous allez sentir? Vous allez sentir que la canne est dure et instinctivement vous allez lâcher le plomb trop tôt. Parce que tu es habitué à lancer par dessus la tête donc tu as une amplitude plus courte, là un lancer plus long, tu sens que c’est dur, tu lâches. C’est pour ça qu’il faut aller doucement au début du lancer, il faut bien se retourner avant de tirer et simplement quand tu es en face de l’objectif, paf, blocage final avec les bras.
A -"Avec un peu d’entraînement ça doit se faire"
DM - "ça se fait ,tout seul.
Disons que vous allez sortir trois à quatre fois cet hiver, quand il fera bien froid, d’abord ça va vous réchauffer et puis en trois ou quatre séances, simplement, vous allez voir, vous allez gagner 20-30 m ,croyez-moi.
Bon Antoine, je pense qu’on a vu pour toi les premières bases maintenant on va travailler. Je compte sur toi pour que tu continues à travailler. Moi maintenant ce que je vais faire, je vais vous parler et te montrer puis montrer à nos téléspectateurs ce qu’est un lancer pendulaire puisque le lancer pendulaire beaucoup de monde en parle. Il y a des gens qui s’y sont essayés, beaucoup ne sont pas allés au bout. En fait le lancer pendulaire est un lancer qui n’est pas aussi compliqué qu’on le croit et qui a un avantage considérable.
Par rapport au plomb posé, imaginons quand tu pêches avec un grappin ou avec un plomb conique qui accroche le sol, tu comprends bien que ce n’est pas forcément évident de tracter un grappin sur le sable.
Avec le pendulaire on va retrouver exactement la même position mais avec un plomb qui est décollé du sol.
Je te remercie pour ta participation."
A - "C’est moi"
DM - "Comme je vous le dis, maintenant on va parler du pendulaire. Le pendulaire aujourd’hui est un lancer que pratique un certain nombre de personnes ils nous viennent directement d’Angleterre. C’est un lancer qui a deux particularités d’abord il permet de lancer des plombs lourd, sans forcer, et la deuxième particularité c’est que évidemment il va très très loin. C’est le lancer aujourd’hui le plus performant en terme de surf casting.
On ne va pas voir ici aujourd’hui l’intégralité du lancer parce que ça demanderait beaucoup trop de temps, par contre je vais juste vous en donner les bases.
La base est toute simple, moi, ce que je vais vous conseiller ou vous apprendre aujourd’hui à faire, c’est simplement à vous retrouver dans la même position que le lancer sud-africain qu’on vient de voir, le lancer plomb posé.
Pour ça, on va utiliser un balancier et je vais réaliser un pendulaire haut, celui que vous avez tous vu dans les magazines ou en vidéo.
Première chose, je prends la longueur du bras...Je descends ma bannière, je fais un premier balancer avant qui m’aide à faire mon balancer arrière, je me retourne et je lance tout simplement.
Ça paraît facile mais tout simplement parce que c’est facile, on est bien d’accord. Le pendulaire ce n’est que de l’entraînement, il faut prendre son temps, il ne faut surtout pas chercher à forcer. La plupart des gens achètent d’une part des cannes qui ne sont pas de leur niveau, c’est dire qu’au début il faut commencer peut-être avec votre canne habituelle, avec des plombs léger pour vous familiariser avec la puissance que développe le lancer et, petit à petit, prendre une canne un peu plus puissante et puis une autre un peu plus puissante.
Vous voyez que là je lance avec une canne traditionnelle en trois brins avec un tournant ça passe très très bien. La difficulté du lancer pendulaires aérien haut, c’est justement d’arriver à contrôler ce plomb qui monte au dessus de la tête et ça, ça demande beaucoup, beaucoup, beaucoup d’entraînement.
Ce que je vous propose, c’est de faire un pendulaire plus bas qui sera beaucoup plus facile à maîtriser et qui en gros sera à votre portée, on va dire, dès que vous aurez acquis le plomb posé, vous ne serez pas loin de pouvoir maîtriser celui là.
Le début du geste est le même. Je fais un balancer avant, un balancer arrière mais le plomb en bas..."

Denis Mourizard exécute un lancer pendulaire

"... et vous avez remarqué que le début du lancer s’est pratiqué au ras du sol, ce qui permet d’aider à monter le plomb parce que dans un lancer pendulaires aérien le plomb est en haut il faut le redescendre pour le remonter. Ici on part du bas ... direct le ciel et feu la purée.
Maintenant je vais le faire proprement sans vous regarder.
Je regarde toujours où je vais lancer, balancer avant, balancer arrière, je baisse la canne..."

Denis Mourizard exécute un lancer pendulaire

" ...vous avez vu, ça ne perruque pas un tournant. Et le tournant avec ce type de gestuelle vous permettra de gagner encore quelques mètres, donc si aujourd’hui vous lancer à 100 mètres ou 110 mètres, moi je suis convaincu que vous pouvez arriver à 130 ou 140 avec un appât. Alors bien évidemment pas avec une demi vache au bout de la canne avec des appâts classique mais je suis sûr vous allez le faire vous avez tout l’hiver pour ça."


Les lancers longues distances

Les lancers modernes se classent en deux catégories

Lancer sud-africain

Le lancer sud africain est une gestuelle sur plomb posé accessible à tous, pas compliquée à condition de s’entraîner un peu. Son principal avantage, en plus de celui de lancer loin, et de pouvoir utiliser son matériel classique. Le seul souci reste l’emploi de plomb grappin ou équivalent qui ripe le sol et qui ne permet pas d’exécuter le lancer correctement.

Lancer pendulaire

Le lancer pendulaire est capable d’atteindre près de 300 mètres avec un plomb de 170 g aux championnats du monde. Avec de telles performances, le matériel devient spécifique et onéreux. Le lancer pendulaire est le plus spectaculaire de tous les lancers mais sans aucun doute le plus technique et qui demande de longues heures d’entrainement.


Bibliographie

Denis Mourizard
Journaliste halieutique, spécialiste des techniques de pêche en bord de mer, concepteur produits et conseiller des équipes de France de surfcasting (en 1998), créateur à Montpellier de la société Surfconcept.
Livres de Denis Mourizard

Pascal Charoulet
Spécialiste du lancer et de la pêche en bateau. Journaliste professionnel, fondateur et rédacteur en chef de la revue "La Pêche en mer" jusqu’en 1987.

Date de création mai 2007 - dernière mise à jour septembre 2018

Commentaires

1.Le jeudi 17 juillet 2008, 14:46par Samir_Casa

Bonjour,
Je pêche depuis 40 ans et j'utilise principalement cette technique dite "par dessus tête". La description me semble très correcte. Un seul point important n'a pas été précisé : la longueur à laisser entre le plomb et la tête de scion. Le plomb devrait en moyenne descendre jusqu'à la moitié de la canne. Il faut donner un maximum d'amplititude au lancer (parcours du plomb pendant le lancer). Et c'est cette amplitude qui constitue à mon sens la limite de cette technique.
Au lancer: pleine puissance dés le départ du mouvement qui de toutes les façon s'accelérera.
Maintenant, à chacun de choisir le matériel qui convient suivant la force du pêcheur et des conditions de pêche.

Ajouter un commentaire




Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.