La côte Belge et la pêche en mer

La côte belge, en Flandre occidentale, s’étend sur un peu moins de 70 km d’une manière presque rectiligne, bordée d’une longue plage de sable fin et doré. A La Panne, la largeur de la plage peut atteindre 450 mètres à marée basse.

Trois zones géographiques sur une si petite distance se distinguent: la côte ouest de la frontière Française à Nieuport (embouchure de l’Yser), la côte centrale de Westende à De Haan et la côte est de Wenduine à Knokke Heist la frontière Hollandaise.


Le littoral Belge a la particularité de ne pas avoir de “fond”!

Une moyenne de 20 m et de 35 m au maximum sur le plateau continental belge. Ainsi à 10 kilomètres de la côte, la profondeur atteint à peine 10 m et il faut aller vers le sud pour atteindre enfin quelques 50 m.
La présence de longs bancs de sable pratiquement parallèles au littoral nommés “Vlaamse Banken” et dont certains se découvrent lors des grandes marées est exceptionnelle. Les courants marins longent la côte et prennent une direction Sud-Ouest Nord-Est au large.


Coins de pêche le long de la côte Belge

Incontournable, la pêche à partir des estacades fait presque partie du paysage Belge et de nombreuses plages se prêtent à la pratique du surf-casting.
Voici une liste de spots de pêche qui m’a été communiquée par notre sympathique Goodwinseal, par ordre préférentiel:

  • En venant d’Ostende à De Haan juste après le golf.
  • Aux brises-lames entre Ostende et Middelkerke.
  • La plage entre Koksijde et Oostduinkerke.
  • L’extrémité de la plage à La Panne contre la frontiere Française.
  • La plage de Heist, contre la frontière Hollandaise presque au Zwin.

Autres spots de pêche:

  • La jetée de Nieuwpoort, la seconde est plus intéressante mais plus éloignée du centre et avec moins de monde.
  • la jetée d’Ostende
  • les digue de Zeebruge sont interdites (zone militaire)
  • les plages de Knooke vers la frontière hollandaise

Tout comme en France et durant la période estivale, il est très difficile, voire impossible, de pratiquer notre sport favori tant il y a du monde sur la côte.

Comme toujours, avant de vous installer, vérifiez que le lieu est bien autorisé à la pêche.


Photos d’Ostende

Estacade d'Ostende, 2003
Estacade d’Ostende, 2003
Ferry quittant Ostende, 2003
Ferry quittant Ostende, 2003
Ostende, 2015
Ostende, 2015

Photos de Nieuport (Nieuwpoort)

Pêche à la calé sur l'Estacade de Nieuport, 2004
Pêche à la calé sur l’Estacade de Nieuport, 2004
Pêche à soutenir le long de l'Estcade de Nieuport, 2004
Pêche à soutenir le long de l’Estacade de Nieuport, 2004

Pêche à la ligne du bord de mer (estacade de Nieuwpoort-Belgium)
Une vidéo Youtube publiée par Fred l’Apiculteur -Exometeofraiture


Photos de La Panne

Photos de La Panne
La plage de La panne, 2006
Face à la mer, statue de l’artiste belge Jan FABRE.
Face à la mer, statue de l’artiste belge Jan FABRE.

Face à la mer, statue de l’artiste belge Jan FABRE. Réalisée en bronze et d’un poids de plus de cinq tonnes, elle représente un lutin à califourchon sur la carapace d’une tortue géante.


Quelques Curiosités

  • La Panne, berceau du char à voile - grâce aux frères Dumont qui construisirent en 1898 un char à voile avec des roues de bois.
  • Les derniers pêcheurs de crevettes à cheval à Oostduinkerke
  • Le ” tramway des sables ” qui rejoint La Panne à Knokke en traversant toutes les stations balnéaires.
  • Les Cuisses-Tax: voiturettes à pédales qui circulent sur les digues des stations.
  • L’Aquarium de la Mer du Nord à Ostende, installé sur le Visserskaai - quai des pêcheurs -(ancien Minck aux crevettes), permet de découvrir un ensemble de la faune et de la flore de la mer du nord.
  • Le Pier de Blankenberge, une jetée longue de 350m et au bout de laquelle se trouve l’Aquarama, lequel présente une collection de coquillages, de fossiles, de coraux et minéraux.
  • La réserve naturelle du Zwin où les oiseaux migrateurs peuvent évoluer en toute tranquillité.

La pêche au bar en bateau et sur épaves

La pêche au bar en bateau n’est pas évidente, sur ridens ou sur épave. Il y a beaucoup de facteurs à tenir en compte. La connaissance des lieux est primordiale à la bonne réussite des prises. Et une fois qu’on connait les lieux il y a encore la technique en elle même. (post goodwinseal)

Les conditions pour réussir
… “Tout entre en compte pour une bonne réussite : température, visibilité, profondeur, couleur du ciel, conditions météo et j’en oublie certainement.
Après il y a la technique. En plus de 30 ans que je vais en mer et que je pêche ce chasseur, je pense et suis persuadé que le bar n’a presque plus de secrets pour moi et quand même chaque fois que je le pêche il y a ce petit quelque chose qui est différent des autres fois.”

Whiplash

le matériel : Canne à pêche, cuillers, fils

  • Je conseille une canne de 50-200gr avec un moulinet genre Shimano à grande récupération et un multi fil type Whiplash d’un maximum de 10/100. Eviter les fils de couleur claire.
  • Des cuillers (snak-pilker) d’un maximum de 130grammes. Et encore une fois, ne pas employer de couleurs claires comme le jaune, le vert claire ou l’orange.
  • Ne pas employer de fil de couleur comme cassant.

Catactéristiques Whiplash Pro von Berkley

  • 0.06mm 10.6kg
  • 0.10mm 14.1kg
  • 0.17mm 21.7kg
  • 0.21mm 26.4kg
  • 0.24mm 37.8kg
  • 0.28mm 46.9kg

Les lieux de pêche
“Les places et les lieux sont à toi de les découvrir.”
Quelques bases:

  • Éviter la dérive,
  • ne faire aucun bruit non naturel,
  • être patient et ne pas s’approcher trop vite de leur place de chasse.

Ancrage sur le lieu de pêche
“Un bon pêcheur averti en vaut deux, et comme bon pêcheur tu dois avant tout tenir compte des courants si tu veux aller pêcher le bar”.

A retenir avant de planifier le départ:

  • Choisir les journées ou il y a beaucoup de courant.
  • Une mer mouvementée est toujours meilleure (4 à 6 Beaufort)
  • Éviter les ancrages contraires (courant contre le vent)

Sur Riden (banc de sable)
Choisir les courants de pleine lune les plus forts, l’ancrage doit être silencieux et à minimum 120 mètres du lieu pour débuter.
Au fur et à mesure que tu pêches, s’approcher du lieu de chasse mais pas plus près que 50 mètres. Y pêcher au pilker, au lançon vivant ou mort, au Rapala ou autres leurres souples.

Sur épave

Choisir les gros courants, l’ancrage doit être silencieux et à minimum 200 mètres du lieu de pêche.
Au fur et à mesure s’approcher selon la place de chasse du poisson, mais pas plus près que 70 mètres de l’épave.

“Tenir en compte que le bar à l’habitude en général de tourner autour de l’épave dans un rayon allant jusque 600 mètres de l’épave. Il m’est déjà arrivé d’ancrer a 750 mètres de l’épave”.

Éviter tout bruit non naturel comme un plomb qui touche la coque, le bruit de chaussures à semelle dure sur le pont du bateau, ta canne qui tombe, l’épuisette qui traîne à terre et que tu cognes en te déplaçant a bord. Ton thermos de café qui roule à l’intérieur de la cabine, etc …

Pour le restant, il faut aussi savoir sur quelle épave aller et connaitre l’épave en question, il y va de même pour un riden ou un banc de sable.

“Je te laisse le sport de découvrir cela toi-même. Salutations Goodwinseal “

Anciens messages postés sur le forum du Chtipecheur (2004-2005) - les textes ont été légèrement remaniés tout en conservant le franc-parler de notre ami Goodwinseal.
Sportfishing & Diving, Coralia II

Nieuwpoort - Quand une bande de copains va pêcher en mer

Cet article est ancien (date de 2004), sans doute obsolète mais entre dans le cadre des souvenirs.

36 heures de pêche

En cette année 2003, nous avons testé de nouvelles activités, à savoir une sortie de 36 heures, une de 24 heures et deux aux bars .

La pêche de 36 heures, nous a permis d’aller près des côtes anglaises pour pêcher en plus du cabillaud, la raie et le requin.

Une nuit au large sur un petit bateau.
Tout commença par le lever alors que je venais de me coucher, l’embarquement d’une masse de matériel dont l’utilité ne m’était pas toujours évidente, une sortie en mer sur un rafiot qui en a déjà fait quelques unes…., les explications empressées de comment monter une ligne, comment l’utiliser, comment ferrer… et puis les premiers poissons dont un rouget et de nombreux merlans.
Les premiers cabillauds ont été pris en fin de journée, la prise du plus gros poisson que je prendrais sans doute jamais, un cabillaud de 8,2kg.

On entama alors la pêche de nuit où nous avons pris de nombreuses roussettes, j’ai même pu prendre une raie au milieu de la nuit.
La nuit s’avéra très inconfortable. Les courbatures et la fatigue s’envolèrent quand nous vîmes un marsouin et son petit, venir voir ce que nous faisions là à pareille heure. J’avoue que cette question m’a aussi traversé l’esprit.
La mise en route du lendemain fut assez pénible et les moulins, manipulés par les doigts transits de froid et de fatigue, ont mis du temps à cliqueter comme la veille.
La route du retour fut mis à profit pour nettoyer les prises (et nettoyer une raie est un sport à lui seul!).
Vivement l’année prochaine pour qu’on puisse remettre cela.

24 heures de pêche

La pêche de 24 heures, nous a emmené pour la nuit près des côtes pour la pêche de la sole. La journée, nous avons fait une série d’épaves qui nous a permis de prendre quelques cabillauds.
La pêche au bar fut la surprise du chef, poisson très recherché par un grand nombre de pêcheurs, notre surprise fut totale lorsque le capitaine nous a emmené, non loin des côtes belges, pêcher ce superbe poisson. Notre skipper Philippe, avec un bar de 5 kg.

skipper Philippe
Skipper Philippe - Goodwinseal 2004

Les résultats obtenus lors de ces différentes sorties, nous ont confortés dans notre choix : ces activités pêches seront désormais au programme.

Il ne faut cependant pas oublier deux choses:

  • premièrement, il existe un règlement pour la pêche sportive en mer concernant notamment la taille minimale pour garder un poisson (40 cm pour le cabillaud, 36 cm 42 cm pour le bar , 35 cm pour le lieu, 23 cm pour la limande, 27 cm pour le merlan et la plie, 24 cm pour la sole …)
  • deuxièmement, une limitation du poids de cabillaud et de bar que l’on peut ramener, est en vigueur.

Pour le bilan de l’année

Pour conclure cette année 2003, j’utiliserai les commentaires de Vincent, pêcheur confirmé:
Une pêche en mer, une aventure.
Deux pêches en mer, déjà une histoire.
Trois pêches en mer des souvenirs … et pas seulement halieutiques !

2003 reste pour moi au travers de 3 sorties un excellent cru. Pas sous l’angle du nombre des captures et des kilos qu’il représente car pour ceux qui me connaissent, c’est avant tout la biodiversité qui m’intéresse .
La mer du nord abrite près de 80 espèces différentes de poissons dont plus de 15 ont pu être observées au travers de nos captures qu’ils soient osseux (cabillaud ou morue, lieu, merlan, tacaud, sole, limande, plie, maquereau, chinchard, orphie, bar, lançon, rouget) ou cartilagineux (petite roussette, raie bouclée).

Mais au-delà des poissons, il y a ce monde passionnant des oiseaux parmi lequel nous avons pu croiser fous de bassant, petrels fulmar et guillemots (proches des pingouins) mais aussi à chaque sortie la surprise inattendue qui crée bonheur et souvenir. Pour moi, il s’agissait d’avoir pu observer un marsouin, le plus petit de nos cétacés nageant à proximité du bateau pendant plusieurs minutes à la tombée du jour.

Il n’y a pas à dire, on a su trouver le bateau mais surtout le skipper qui connaît sa mer et vous la fait découvrir sous tous ses angles de nuit comme de jour …. Même s’il restent encore beaucoup à faire pour éduquer marins et pêcheurs au respect de ces écosystèmes que sont mers et océans .
Je finirais en disant: que serait une partie de pêche sans un dernier plaisir gastronomique mettant à l’honneur ce poisson de mer et sa fraîcheur ?

Et vivement 2004 et le nouveau bateau ( vitesse croisière 18 noeuds (max 27 noeuds)

  • longueur 10.6 m
  • largeur 4.20 m
  • tirant d’eau 1.20 m
  • moteur scania turbo intercooler 575 CV / 8 cylindre / 12 litres
  • boite tween disk 1 / 2
  • agréé pour le transport de 14 personnes par la Loyd
  • certificat de réglementation européen
  • skipper (License 50 miles) pour poursuivre notre activité halieutique
Un article de Goodwinseal - 2003

Articles similaires


Commentaires

1.Le mercredi 04 juillet 2007, 16:27par domstra

je confirme qu'en mer du nord belgique " les prises se font de plus enplus rare ,pas à cause des pecheurs à la ligne ,mais les gros pecheurs au filets en mer,heureusement on prends encore qq beaux cabillauds sur les épaves,mais beaucoup moins que jadis,et la pollution parlons en.

2.Le jeudi 14 juillet 2011, 22:39par amaury bayet

Salut jai 1 groupe de péché en mer du nord(bateau,bord de mer)
est je souette faire de la pub pour ce site.
comme chacun peux partager ce photo est astuce..
le groupe est sur Facebook voila ladres...

www.facebook.com/group.php?g... (groupe fb expiré)

Ajouter un commentaire




Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.