Aller au contenu
Accueil - Pêche en étang - Poissons d'eau douce - La Grémille

La Grémille

La grémille est une espèce de poisson d’eau douce de la famille des Percidés.

Gymnocephalus cernua (Linnaeus, 1758)
Autres noms : Perche goujonnière, Perchot, Percot, Gouine

Description

La Grémille a un dos bombé, un front large et un museau mousse.
Le dos et les flancs sont vert-gris parsemés de tâches noires ; les nageoires caudale et dorsale portent des macules sombres alignées. L’opercule est terminé par une épine dure, le préopercule est finement dentelé.
La partie antérieure de la nageoire dorsale est soutenue par 12 à 16 rayons épineux et la partie postérieure par il à 16 rayons branchus. Le corps est souvent recouvert de mucus épais.
Taille : de 10 à 30 cm

Grémille
Grémille

Biologie

La grémille vit généralement en bancs dans les eaux profondes des grands cours d’eau, des lacs et des lagunes.

La période de reproduction débute en Avril-mai, les ovules (40 000 à 100000 par femelle) sont pondus en rubans, prés des rives, sur les pierres et la végétation. L’incubation dure de 10 à 12 jours.

Origine et habitat

Originaire d’Europe centrale et orientale la grémille est d’abord cantonnée aux départements de l’est de la France. Elle gagne dés le début du 19ème siècle le bassin de la Seine (Seine, Aube, Yonne) et de la Loire (Vallot, 1837 ; Valenciennes, 1848 ; Ray, 1851; Marchand, 1897).

A la faveur des canaux son aire de répartition s’étend : Moselle, Orne, Meurthe, Seille, Sarre, Meuse, Chiers, Somme, Rhin, Doubs, et Rhône (Blanchard, 1866 ; Gehin, 1868).

En 1925, elle est encore inconnue dans le Sud-Ouest (Chevey, 1925) alors que Spillmann (1961) la signale en Bretagne, dans le Puy de dôme, l’Allier, le Cher, la Haute-Vienne, et le Tarn (où elle a été introduite).

Yvernault (1972) signale sa présence en Charente-Maritime. Kiener (1985) la cite dans la Durance, l’Arc, et les canaux d’Aix en Provence.

Pêche de la Grémille

Elle se capture sur des lignes destinées au gardon et au goujon. La grémille ne mord que sur des esches animales et se nourrit essentiellement au fond.

Vous aimerez également

Les poissons d’étang
Sans plus tarder, voici un petit inventaire des poissons d’étang : gardon, perche, brochet, carpe, truite,…
Brème, 2007 - étang de Wambrechies

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le partager pour informer vos proches.

Publication initiale en 2010.
Cet article constitue un outil de documentation de loisirs et n’engage pas la responsabilité du site.

Les paragraphes «description, biologie, origine et habitat» sont extraits du logiciel Fishing version 2.1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.