Le hareng (Clupea harengus) - Gueulin et bancs de poissons

Le hareng est un poisson de mer mondialement connu et apprécié.

Le hareng est un appât qui intéresse bien des poissons comme le merlan et les poisson plats mais également les crabes et les poulpes en Méditerranée. C’est la raison pour laquelle je considère ce type d’appât comme une solution de substitution à utiliser en hiver lorsque les arénicoles se font rares. Le hareng est peu onéreux et il est disponible toute l’année chez le poissonnier.


Le hareng

Clupea harengus (Linné, 1758)
Famille des Clupeidés
Zone géographique : Mer du Nord, Manche, Atlantique

Les harengs vivent en grands bancs dans les eaux froides et chaque individu peut atteindre la taille de 40 centimètres de long. Ils vivent en profondeur le jour et se rapprochent de la surface la nuit.
Le hareng n’est pas un poisson que l’on prend à la ligne mais aux filets dérivants, aux chaluts pélagiques, c’est une pêche réservée aux pêcheurs professionnels. Il y a encore quelques décennies, les pêcheurs à pied les piégeaient dans des filets verticaux posés sur le sable. On appelait ces filets des étalières.

Clupea harengus Gervais
By Gervais et Boulart (Les poissons Gervais, H.) [Public domain], via Wikimedia Commons

Au Moyen Age, le hareng était déjà consommé salé et fumé: on parle alors de hareng saur. Il se consomme également grillé et dans différentes compositions culinaires.
Chaque année depuis des siècles, de novembre à début décembre, des milliers de harengs, en route pour le Nord, passent au large de Boulogne-sur-Mer. Aussi n’est-il pas étonnant que sa pêche ait fait jadis la fortune du port. Les Boulonnais l’avaient sacré « Roi ».

Fumoir à harengs - Wissant, 2015
Fumoir à harengs - Wissant, 2015
Fumage du hareng, 2015
Fumage du hareng, 2015
20150829-121420-Wissant-Fete-du-flobart.jpg
Dans ma région des Hauts-De-France, il n’est pas rare de manger le hareng saur avec les doigts
agrémenté d’une tranche de pain et d’un verre de bière.

Un appât pour l’hiver

Un morceau de hareng pour le surfcasting en hiver dans le Nord

C’est le hareng que l’on trouve sur les étals des marchés. Il va de soi que le poisson doit être le plus frais possible.
L’idée est de présenter l’appât piqué deux fois de suite à l’hameçon en laissant le côté chair bien apparent. Il supportera les lancers à partir des plages sans problème.

Harengs du poissonnier
Harengs du poissonnier

Préparation des gueulins de hareng pour le surfcasting
Le gueulin est petit morceau de chair découpé sur un poisson pour servir d’appât. Pour leur utilisation, il est possible de couper les petits morceaux dans les filets de hareng à l’avance et les mettre à disposition dans une boite, ou conserver les filets tels quels mais ils devront être coupés au fur et à mesure selon les besoins de la pêche.

On peut aussi enrouler le filet de hareng, toujours côté chair apparent, autour d’une aiguille à ver et maintenir l’ensemble avec un fil élastique. Il suffit alors de piquer l’hameçon sur une extrémité du filet et de couper. De nuit et face aux éléments comme le vent et le sable, c’est une méthode pratique.

Préparation des filets
La préparation des poissons est simple mais sale: écailler les poissons, couper les têtes, les vider et lever grossièrement les filets. Le poisson est prêt pour la pêche. Certains pêcheurs rencontrés sur la plage ajoutent une ou deux cuillères à soupe de sel et laissent le tout reposer au réfrigérateur pendant une nuit.

Personnellement, je n’ajoute pas de sel et je pré-coupe en petits morceaux.
Vider et couper
Vider et couper
En filet
En filet

Etude sur les bancs de harengs

Comment des millions de poissons peuvent-ils se regrouper pour former un immense banc se déplaçant à l’unisson ?
C’est ce que des chercheurs tentent de comprendre avec un nouveau système d’observation

Nuages d’étourneaux, essaims de criquets, bancs de poissons…Les regroupements dynamiques de centaines voire de milliers d’animaux fascinent les scientifiques qui tentent de comprendre les mécanismes à l’œuvre derrière ces mouvements de foule. Les bancs de poissons ne sont pas les plus faciles à étudier : des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT, USA) ont utilisé un nouvel outil pour étudier la formation des bancs de harengs dans l’Atlantique, au large de Boston.

Grâce à un système acoustique à basse fréquence (Ocean Acoustic Waveguide Remote Sensing), Nicholas Makris et ses collègues peuvent enregistrer les mouvements des poissons dans un espace de 100 km2 toutes les 75 secondes. Les bancs de harengs regroupent des millions d’individus sur de très longues distances, précisent les chercheurs.

instantaneous OAWRS Image of areal fish population density
Iinstantaneous OAWRS Image of areal fish population density - Photographie http://acoustics.mit.edu

Lorsque le groupe a atteint une densité critique (de 0,2 poisson par mètre carré), une sorte de réaction en chaîne se déclenche, sous l’impulsion de quelques groupes leaders, et aboutit à la formation d’un banc se déplaçant de façon synchronisée, à la vitesse moyenne de 0,2 mètre par seconde, sur des dizaines de kilomètres. Les bancs peuvent s’étendre sur 40 kilomètres.

D’après les observations de l’équipe de Makris, réalisées à l’automne, à la période de reproduction des harengs, les bancs se forment lorsque la lumière du soleil diminue et se dispersent après le retour d’une forte lumière au lever du soleil. La fonction première de ces regroupements est de favoriser le frai, à l’abri des regards et des prédateurs, analysent les chercheurs dans la revue Science (datée du 27 mars).

En connaissant mieux les mécanismes de ces bancs migratoires, les chercheurs espèrent faciliter la protection des populations déclinantes de poissons et éviter que la pêche conduise à l’effondrement des stocks –comme ce fut le cas pour le cabillaud.

Cécile Dumas - Sciences-et-Avenir.com - mars 2009

Ajouter un commentaire




Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.