La seiche et 2 montages pour pêcher à la turlutte

Pour changer des montages à poissons, il nous arrive de nous distraire de nos pêches habituelles en pêchant un céphalopode très connu et dont sont friands beaucoup de poissons : la seiche.


La seiche

Sepia officinalis (Linné, 1758)
Noms locaux : sépions (pour les jeunes)
Famille des Sepiidés
Atlantique Nord-Est et Méditerranée

La seiche est un mollusque céphalopode comme la pieuvre, elle se déplace en bancs, parfois sur de grandes distances. On rencontre des seiches sur tous types de substrats mais elle marque une préférence pour des fonds meubles à proximité de rochers.
La seiche commune peut atteindre 45 cm mais elles sont en moyenne beaucoup plus petites, 15 cm pour les mâles à 30 cm pour les femelles.
La seiche se caractérise par une tête avec deux grands yeux ronds et dispose d’une excellente vue, elle présente 8 bras et 2 longs tentacules rétractiles qui lui servent à capturer les proies. Elle se nourrit de crustacés comme les crevettes, les crabes et de petits poissons.
Pour se défendre, cet animal projette un liquide noir appelé encre contre ses agresseurs qui lui permet de fuir.
Les seiches s’éloignent des côtes durant l’hiver et s’en rapprochent à partir du printemps pour s’y reproduire. Avant la naissance des petits, les seiches ont une vie très courtes, 2 ans, et meurent en nombre important, ce qui explique les os de seiche que l’on trouve le long des plages et à certaines périodes.

Pêche professionnelle: Surtout pêché au chalut de fond, on la retrouve généralement en prise accessoire dans les filets des pêcheurs. Disponible toute l’année, dans les eaux de l’Atlantique Nord-Est et de Méditerranée, elle abonde particulièrement au mois de janvier.

HPIM1795
Sépions, Estran Cité de la mer, 2016
Os de seiche, Estran cité de la mer à Dieppe 2016
Os de seiche, Estran cité de la mer à Dieppe 2016

Pêcher la seiche du bord à la turlutte lestée

Du bord, il faut choisir un poste en hauteur, une jetée, une digue, une barre rocheuse.

Le matériel à réunir sera une canne de 3,5 mètres, un moulinet bourré d’un nylon de 40 centièmes, un seau et une épuisette.
Un leurre spécial lui est dédié: la turlutte. Certains modèles ressemblent à un poisson muni de plumes, de préférence un modèle lesté.
Cette turlutte sera fixée directement au corps de ligne du moulinet avec un émerillon agrafe N°2.

Le leurre est très lentement amené au fond de l’eau, à proximité des rochers. C’est souvent sur une zone de sable à proximité des rochers que se trouvent les seiches.
La seiche capture le leurre comme une proie naturelle au moyen de ses 2 tentacules et de ses 8 autres bras pour pouvoir la croquer.
Certaines turluttes proposent un dos ou un corps hérissé de piquants supplémentaires, bien utile lorsque le mollusque s’accroche au milieu du leurre sans se piquer.

Normalement, à ce stade de la pêche, l’animal est retenu par les crochets de la turlutte.L’épuisette est alors indispensable d’une part pour sortir la seiche hors de l’eau et d’autre part pour gérer le jet d’encre qui ne va pas tarder.
Il faut alors choisir de la remettre à l’eau si celle ci est trop petite ou la mettre dans un seau avec un peu d’eau. C’est maintenant que l’encre jaillit.
Lorsque le nombre de prises devient conséquent par rapport à la taille du seau, transférer les seiches dans une bourriche.

Turlutte basique
Turlutte basique

Montage pour la seiche avec une turlutte flottante

http://www.geocities.com/boscherfr/
http://www.geocities.com/boscherfr/

Ce n’est pas à proprement parler une pêche difficile et tout un chacun quel que soit sont âge peut s’y essayer, elle ne nécessite pas de "montage" vraiment particulier. Cependant, sorti de la pêche amusante, on constate parfois que certains "font le plein" facilement tandis que leur voisin immédiat se voit refuser l’honneur d’une seule prise. Localisation différente ou montage qui ne marche pas ?

Comme il est question ici de pêche du bord. Je décris le montage à la tirette que j’utilise. Tout est question de mesure et de doigté dans cette pêche, on doit "sentir" la traction souvent timide de la seiche avant un ferrage appuyé qui ne doit en aucun cas se relâcher jusqu’à la mise au sec, sous peine de perdre cette charmante bête.

Attention, le corps de ligne principal (60/100) vous relie directement à la seiche (fil jaune).

On attache le plomb par l’intermédiaire d’un fil plus faible que le fil de moulinet (28/100 contre 35/100 par exemple) qui devient le "cassant" en cas d’accroche au fond, ce qui permet de sauver la partie principale du montage qui est la Turlutte.

L’émerillon Pater Noster barril en laiton n’est pas un type pour lancer appuyé, mais ici point n’est besoin de lancer lourd, donc ce type d’émerillon peu cher convient très bien.

Je choisis toujours une Turlutte flottante puisque nous traînons sur le fond, donc : pas la peine d’en rajouter en choisissant une turlutte lourde, ou pire : plombée. De plus, les modèles flottants réagissent plus vite à l’action du scion de la canne.

Après de nombreux essais de types de plombs (Arlesey, palangrotte, bateau..), pour un fond de type sable ou coquilles peu encombré, le petit plomb montre est celui qui vous fera le mieux "sentir" les ridins, les paquets d’algues, et la timide touche de la seiche. Ce type de plomb ne roule pas donc vous évitera l’ajout d’émerillon supplémentaire. Un maximum de 30 g si on doit lancer loin (et ça arrive plus souvent qu’on ne le croit) suffira à propulser un montage simplifié à l’extrême.

Chroniques halieutiques 2009
Chroniques halieutiques 2009

Un article du site Internet aujourd’hui disparu Night Surfcasting


Vous avez aimé cet article...

alors vous aimerez les articles suivants :

Ajouter un commentaire




Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.