Aller au contenu
Accueil - Pêche en bord de mer - Les appâts pour la pêche en bord de mer

Les appâts pour la pêche en bord de mer

  • 22 août 202119 juin 2022

Pour le pêcheur en bord de mer se pose le problème des appâts et plus précisément de leur recherche puis de leur conservation. Cette difficulté est d’autant plus vrai que l’on habite loin de la côte où bien souvent ce souci se résout par un achat chez le dépositaire de pêche ou le poissonnier le plus proche de chez soi.

En eau douce et de nos jours, la situation est différente et dans 90% des cas les appâts et les amorces sont achetés au magasin de pêche. Il faut du courage pour élever des asticots! Dans tous les cas, la première des qualités d’un appât doit être sa fraîcheur. L’appât doit également correspondre à la nourriture habituelle du poisson.

Les Vers marins

Le pêcheur du bord de mer s’intéresse particulièrement à 2 vers marins, le gros ver noir (arénicole) et la pelouse (néréide)
On les récolte à marée basse en repérant les gros tortillons qu’ils laissent à la surface du sable. Il suffit alors de creuser à l’aide d’une bêche, d’une fourche ou d’une pompavers, les vers se trouvant généralement à environ 30~40 cm sous la surface. On peut également se les procurer chez tout bon magasin de pêche.
Une étude norvégienne semble avoir démontré que les invertébrés, tels que les vers, sont insensibles à la douleur.

  • Récolte : les arénicoles se récoltent dans le sable, sur les bâches et se trouvent chez les magasins de pêche
  • Conservation : les arénicoles se conservent 5 jours (vivantes à 8° dans du sable humide) à 1 an (ébrodées, salées et congelées par 8 à 15 dans du gros sel, enroulées dans du papier journal).

Le ver Américain

Glycera dibranchiata

  • Récolte : les vers américains se récoltent dans les fonds sablo-vaseux et se trouvent chez les détaillants
  • Conservation : les vers américains se conservent 10 jours vivants au frais (5°) dans des algues (varech)

Le ver Coréens

(Dure et Jumbo) – Paranereis spp.

  • Récolte : les vers coréens (dure et jumbo) s’achètent dans les magasins de pêche en mer
  • Conservation : les vers coréens (dure et jumbo) se conservent vivants pendant un mois dans une boite tapissée d’algues (varech), au frais dans le bac à légume du réfrigérateur (9°). Humidifier les vers si les algues s’assèchent.

La Néréide de vase

(néréide rouge ou demi dure) – Nereis diversicolor

  • Récolte : les néréides de vase, appelée demi-dures, néréides rouges ou carplues rouges, se récoltent dans la vase à l’aide d’une fourche. On les trouve chez les détaillants.
  • Conservation : les néréides de vase se conservent 7 jours dans une boîte en bois garnie d’algues (varech) au frais dans le bac à légume (9°).

La Néréide de sable

(néréide blanche ou gravette) – Nephtys hombergii

  • Récolte : les néréides de sable, appelées aussi néréides blanches ou gravettes, se récoltent dans le sable à l’aide d’une fourche.
  • Conservation : les néréides de sable se conservent 7 jours dans un petit contenant (bouteille ou pot) garni de 15 cm d’eau oxygénée par un aérateur à piles, à une température douce. On change l’eau ou une partie chaque jour.

Le Mouron

(néréide de roche) – Marphysa sanguine

  • Récolte : les morons, appelés pistiches, se récoltent sur les fonds argileux ou tapissés de coquilles vides et on les trouve dans les magasins de pêche.
  • Conservation : les mourons ou pistiches ou néréide de roche se conservent 7 jours (vivants dans leur sable d’origine à une température douce de 13°) à 6 mois (congelés enveloppés dans du papier journal par 10 à 20 vers).

Le Bibi

Sipunculus nudus

  • Récolte : les bibis se récoltent dans le sable dans quelques centimètres d’eau et se trouvent dans les magasins de pêche.
  • Conservation : les bibis se concervent 1 mois (vivants dans une boite perforée à 17°) à 6 mois (congelés dans un sac ou une boite par 5 à 10 bibis).

La Super cordelle

Lumbrinereis spp.

  • Récolte : on trouve les super cordelle chez les détaillants d’articles de pêche.
  • Conservation : la super cordelle se conserve 2 mois vivante dans une boite perforée à 20° et plus.

Super cordelle originaire d’Asie

 Namalycastis jaya

Originaire d’Asie, la Super Cordelle est l’un des plus grands vers de mer et peut atteindre la longueur record de 3 m. Importé et distribué par la société Normandie Appâts, ce ver est étonnant car il peut être conservé à température ambiante jusqu’à dit-on deux mois, ce qui en fait un appât facile à transporter pendant les vacances.
Il faut admettre qu’en cas de partie de pêche improvisée, sa disponibilité immédiate et son puissant pouvoir attractif auprès des poissons en fait un appât royal pour l’été.

Appâts - pêche en bord de mer : super cordelle
Appâts – pêche en bord de mer : Super cordelle
  • Caractéristiques : Corps annelé, semi-cylindrique, épais, très long et ferme.
    Rouge, rosé, parfois orangé. Longueur :0,30 m à 1,50 m pour 6 à 8 mm de diamètre.
  • Récolte : on trouve les super cordelle chez les détaillants d’articles de pêche.
  • Conservation : la super cordelle se conserve 2 mois vivante dans une boite perforée à 20° et plus.

Utilisation :
Compte tenu de sa longueur la super cordelle est utilisée coupée en morceau, enfilée sur l’hameçon.

  • Les espèces de poissons recherchés sont le Bar, la daurade, le sar, le marbré, les poissons plats et poissons de roche.
  • Techniques: surfcasting, pêche à soutenir, palangrotte.
Super cordelle
Appâts – pêche en bord de mer : Super cordelle

Conseils :

  • Toujours couper par la queue (la partie la plus fine), pour que le ver reste vivant le plus longtemps possible.
  • Le ver pourra être conservé vivant une quinzaine de jours à une température comprise entre 20 et 30 °C. Attention, il craint le froid, un passage au frigo par mégarde et c’est direction la poubelle.
  • Stocker la boite à l’air libre (pas dans un sac plastique) bien à plat et à l’ombre. Si vous êtes attentif à l’emballage, vous apercevrez des trous d’aération étudiés par le distributeur. Enfin, un bracelet de caoutchouc autour de l’emballage préviendra de toute fuite éventuelle.

Le Ver à tube

Diopatra neapolitana

Les vers à tube vivent particulièrement là où il y a des colonies de coques. Ils sont faciles à repérer grâce aux débris de coquilles agglutinées autour de la sortie du tube.

  • Récolte : le ver tube se récolte dans le sable ou la vase et se trouve chez les détaillants d’articles de pêche.
  • Conservation : le ver tube se conserve 10 jours (vivant dans un seau avec de l’eau que l’on change tous les 2 jours) à 6 mois (salé et congelé enroulé dans du papier journal par 25, sans la queue).

S’approcher à pas légers parce que cette espèce de ver marin demeure extrêmement sensible aux vibrations.

La pelle à ver longue et étroite (image extraite d’une vidéo Youtube)
La pelle à ver longue et étroite (image extraite d’une vidéo Youtube)

Le pêcheur enfonce la pelle de biais à une quinzaine de centimètres du tube ce qui coupe la retraite du ver.
La pelletée de sable est tout de suite remontée et le tube en est extrait. Ce tube ressemble à une sorte de gaine en tissu.

Notre pêcheur tâte toute la longueur du tube pour s’assurer que le ver est à l’intérieur. Avec un peu d’habitude on en loupe un sur dix.
Il est inutile de creuser un autre tube à moins de 70 cm de la pelletée précédente : on est pratiquement certain de creuser pour rien.

Planter la pelle à environ 15 cm du ver à tube (image extraite d’une vidéo Youtube)
Planter la pelle à environ 15 cm du ver à tube (image extraite d’une vidéo Youtube)

Tout comme pour les arénicoles, ces vers se conservent dans du papier absorbant ou de papier journal mouillé à l’eau de mer.

Une barquette en plastique avec couvercle comme celle que l’on trouve au supermarché avec toutes sortes de crudités, est également un excellent choix.
On peut en stocker une quinzaine à l’intérieur en laissant les vers dans leur tube avec un peu de sable de l’endroit où on les a cueillis, humidifié à l’eau de mer. La durée de conservation est de plus de 10 jours dans le bac à légumes du réfrigérateur. Eliminer régulièrement les sujets morts.

C’est un excellent appât, de nuit, ce ver est légèrement phosphorescent.

Le ver à tube (image extraite d’une vidéo Youtube)
Le ver à tube (image extraite d’une vidéo Youtube)

D’autres articles sur les vers marins

Les Poissons – en morceau et en tant que vif

Les poissons gras, vivant ou mort, entier ou en morceau comme la sardine, le maquereau, le chinchard ou l’aiguillette, plaisent à la plupart des poissons carnassiers, à la condition d’être frais.
Vous pouvez donc utiliser les poissons que vous avez capturés pour en pêcher d’autres et en prenant garde de bien respecter les tailles minimales de capture. A défaut, vous pouvez aller voir votre poissonnier préféré, en faisant particulièrement attention à leur fraîcheur. Utilisés comme vif et donc bien vivant, ils attireront les carnassiers.

Gueulin d’hareng en hiver

Le hareng est un appât qui intéresse bien des poissons comme le merlan et les poisson plats, les crabes et les poulpes en Méditerranée.
C’est un appât de substitution à utiliser en surfcasting et en hiver lorsque les arénicoles se font rares. Le hareng est peu onéreux et il est disponible toute l’année chez le poissonnier.

L’idée est de présenter l’appât piqué deux fois de suite à l’hameçon en laissant le côté chair bien apparent. Il supportera les lancers à partir des plages sans problème.

Harengs du poissonnier
Harengs du poissonnier

Préparation des gueulins de hareng pour le surfcasting

Le gueulin est petit morceau de chair découpé sur un poisson pour servir d’appât. Il est également possible de couper des petits morceaux dans les filets de hareng à l’avance et les mettre à disposition dans une boite, ou conserver les filets tels quels mais ils devront être coupés au fur et à mesure selon les besoins de la pêche.

On peut aussi enrouler le filet de hareng, toujours côté chair apparent, autour d’une aiguille à ver et maintenir l’ensemble avec un fil élastique. Il suffit alors de piquer l’hameçon sur une extrémité du filet et de couper. De nuit et face aux éléments comme le vent et le sable, c’est une méthode pratique.

Préparation des filets

La préparation des poissons est simple mais sale: écailler les poissons, couper les têtes, les vider et lever grossièrement les filets. Le poisson est prêt pour la pêche.
Certains pêcheurs rencontrés sur la plage ajoutent une ou deux cuillères à soupe de sel et laissent le tout reposer au réfrigérateur pendant une nuit.

Personnellement, je n’ajoute pas de sel et je coupe en petits morceaux.

1 - Vider et couper le hareng
1 – Vider et couper le hareng
2 - couper le hareng en filet
2 – couper le hareng en filet

Comment escher une sardine entière avec une aiguille à locher

Le procédé m’a été expliqué par un pêcheur de la Côte Vermeille, à Banyuls-sur-Mer pour être précis. Il préconisait l’utilisation de sardines entières mais il est tout à fait acceptable de n’utiliser que des demi-sardines, tout dépend de leur taille.
Les sardines seront achetées chez votre poissonnier et devront être les plus fraîches possibles.
Il sera nécessaire de réunir les outillages suivants : un couteau, une aiguille à locher et un chiffon.

une aiguille à locher
Une aiguille à locher
1 - Couper la tête de la sardine
1 – Couper la tête de la sardine
2. Transpercer à l’aide d’une aiguille à locher le corps de la sardine en suivant l’arête principale - On doit la sentir frotter à l’aiguille
2. Transpercer à l’aide d’une aiguille à locher le corps de la sardine en suivant l’arête principale – On doit la sentir frotter à l’aiguille
3. Passer le fil de l’empile à travers le chas et enfiler le fil à travers le corps de la sardine
3. Passer le fil de l’empile à travers le chas de l’aiguille et enfiler le fil à travers le corps de la sardine
4. Positionner le triple dans les chairs de la sardine et le faire pénétrer en tirant dessus de manière à le cacher, 5. Fixer le fil d’empile par la queue de la sardine à l’aide d’une double-clé réalisée avec le bas de ligne.
4. Positionner le triple dans les chairs de la sardine et le faire pénétrer en tirant dessus de manière à le cacher,
5. Fixer le fil d’empile par la queue de la sardine à l’aide d’une double-clé réalisée avec le bas de ligne.

Un peu de savoir-faire évitera de la voir se décrocher pendant le lancer avec un plomb olive de 50 à 100 grammes.
La taille du triple dépend de la taille des sardines.

Un additif odorant l’huile de sardine

Initialement prévue pour la préparation du broumé pour la pêche à la traîne à partir d’un bateau, l’huile de sardine se révèle être un excellent additif odorant pour attirer les poissons de roche en Méditerranée comme les saupes et les oblades.

L'huile de sardine - On la trouve conditionnée en bidon de 1 à 2 litres. C’est énorme mais le produit ne coûte pas cher
L’huile de sardine – On la trouve conditionnée en bidon de 1 à 2 litres. C’est énorme mais le produit ne coûte pas cher

L’huile se conserve au frais, bidon bien fermé.
Vous vous en doutez, son principal atout se révèle être son principal défaut : l’odeur de poisson pourri.
Cette odeur tient longtemps en s’incrustant entre les ongles. Portez des gants lors des préparations et proposez-vous “Maître Laveur de vaisselle” pour la journée ( cela fera plaisir à madame).

On utilise cette huile mélangée au pain et à la pâte ou encore comme appâts dans un feeder directement dans un peu d’ouate, ou dans une espèce de broumé (mélange mixé de moule, sardine, pain …)

Les Coquillages – moules, coques, couteaux, myes, amandes

Les coquillages sans doute les plus utilisés sont les coques et les moules, crues ou cuites.
Pour les cuire, les coquillages sont simplement mises à ouvrir dans une casserole à feu vif.
Très coriaces, les couteaux tiennent très bien à l’hameçon et peuvent faire l’objet de lancers appuyés. Leur pêche est assez amusante car il suffit de verser une pincée de gros sel à l’intérieur du trou, d’y verser un peu d’eau de mer, puis d’attendre que le couteau remonte.

Si vous n’avez pas la possibilité de pêcher vous-même vos appâts, vous pouvez acheter des amandes de mer, des coques directement chez votre poissonnier ou en grande surface. Les amandes de mer sont de gros coquillages très fermes, qui constituent de bonnes bouchées et plaisent beaucoup aux bars, surtout à l’automne.

Comment repérer les bivalves

Apprendre à repérer les indices laissés par les coquillages fouisseurs est la solution pour ne pas perdre son temps sur les plages à labourer le sable ou la vase avec un râteau. Les bivalves trahissent leur présence par des trous dans le sable.
Ces trous sont formés par les siphons de l’animal qui filtre l’eau de mer afin d’en extraire l’oxygène et les éléments nutritifs.

En fonction de la forme des trous et du type de sable, on peut distinguer les marques des principales espèces pêchées à pied
En fonction de la forme des trous et du type de sable, on peut distinguer les marques des principales espèces pêchées à pied

Pour le couteau, on verse du sel dans le trou. L’augmentation soudaine de la salinité oblige l’animal à remonter à la surface afin de s’en saisir. Pour les autres fouisseurs, il suffit de les déloger à l’aide d’un simple couteau à palourde ou d’une cuillère.
Avec un peu d’habitude, la pêche « au trou » ou « à l’oeil » est à la fois ludique, efficace et respectueuse du milieu naturel. Elle évite également le mal de dos ressenti par ceux qui labourent de grande surface pour, parfois, une bien maigre récolte
Source : Lettre d’information n° 9 juillet 2018 Réseau Littorea : réseau national pour une pêche à pied récréative durable.

Pour en savoir plus, consultez l’ouvrage d’Müller, Yves. (2016). Reconnaître les principaux bivalves fouisseurs ou foreurs au moyen de leurs siphons en version pdf ci-dessous.

D’autres articles sur les coquillages

Les Crustacés – crabes, crevettes

Toutes les espèces de crabes croissent par des mues successives.
Les jeunes peuvent muer plusieurs fois par an alors que les plus vieux ne mueront qu’une seule fois dans l’année. Lors de cette étape, ils se débarrassent de leur ancienne carapace pour laisser place à la nouvelle qui sera plus grande. Durant les quelques heures qui suivent la mue, le crabe devient complètement mou et très vulnérable vis-à-vis de ses ennemis. Il dégage aussi des odeurs (phéromones) irrésistibles pour les poissons. Le crabe mou est donc un appât exceptionnel. Vous le trouverez à marée basse dans les mares de faible profondeur.

D’autres articles sur les crustacés

Les Céphalopodes – pieuvres, calmars et seiches

Les lanières de seiches ou d’encornets, ou leurs tentacules peuvent être utilisés pour la pêche (les bars adorent cela).
Pêchés par vous-même ou achetés chez votre poissonnier, ils devront être frais.
Ne les congelez que si vous êtes certains qu’ils sont bien frais et qu’ils n’ont pas été préalablement congelés.

Poulpe piqué à l’hameçon
Poulpe piqué à l’hameçon

Les appâts d’origine végétale et les appâts composés

Le Pain Chaillou, le seul qui tienne à l’hameçon

Le pain Chaillou est le seul pain spécifique pour la pêche, c’est le seul que je connaisse. Il est utilisé pour la pêche au coup en étang, en eau douce pour le blanc (gardon, rotengle).
La particularité du Chaillou est de tenir à l’hameçon, et ce sera donc un appât de choix que l’on pourra l’utiliser en bord de mer.
Les saupes et les mulets seront intéressés par cet appât.
Mode d’emploi :

  • Couper des tranches de pain de 2 cm environ,
  • Envelopper ces tranches dans un linge mouillé,
  • Les presser fortement après ramollissement.
  • Ne jamais détremper le pain.
pain chaillou mode d’emploi
pain chaillou mode d’emploi
Le Pain Chaillou le seul qui tienne à l’hameçon
Le Pain Chaillou le seul qui tienne à l’hameçon

La pâte brisée

Les pâtes brisées ou feuilletées sont utilisées en cuisine pour la réalisation de tartes par exemple. Pour illustrer notre propos, ce type de pâte fournit un bon appât, fragile à l’hameçon je le conçois mais il est peu onéreux et réellement efficace. Les premiers prix proposés par les super marchés conviennent parfaitement.

C’est un appât facile à préparer, tout particulièrement en vacances.
Préparation :

  • Couper un tronçon de pâte et le placer dans un linge,
  • Former un boule,
  • Si la pâte est trop collante, trop molle, ajouter progressivement un peu de farine,
  • Pétrir jusqu’à obtenir une pâte souple et malléable.
Pâte feuilletée et farine de blé
Appâts – pêche en bord de mer : Pâte feuilletée et farine de blé

Comment fixer la pâte à l’hameçon?

Pour escher à l’hameçon, prélevez une petite boule de pâte de la taille d’un pois chiche que vous aplatissez légèrement et délicatement.
Posez l’hameçon de manière à ce qu’il repose entièrement sur la surface de la pâte.
Enveloppez délicatement l’hameçon et le tour est joué, la pointe est à peine apparente.

Comment escher la pâte
Comment escher la pâte

Mélangée avec un peu d’huile de sardine, la pâte à l’hameçon permet de prendre d’autres espèces de poisson comme les sars, les oblades0
L’odeur de l’huile de sardine est extrêmement puissante et persistante et ne plait pas à tout le monde (surtout à Madame), l’huile de tournesol donne également de bons résultats.

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le partager pour informer vos proches.

Cet article a été publié initialement en 2004, mis à jour en 2021
Il constitue un outil de documentation pour la pêche de loisirs et n’engage pas la responsabilité du site.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.